Jón l’Islandais – Bruno d’Halluin

51HnyPLT9mL

Aujourd’hui, je vous entraîne de nouveau vers l’Islande. A la fin du 15e siècle. Ca vous branche ? Alors suivez-moi, d’autant qu’il fait tellement chaud qu’un peu de fraîcheur ne peut pas faire de mal ! 🙂

Jón est un enfant islandais de sept ans. Un jour il est enlevé par des Anglais qui l’emmènent à Bristol pour en faire un domestique, chose apparemment assez courante au 15e siècle, paraît-il ! Jón se fait la promesse de retrouver sa mère, une Islandaise du Groeland.
Le temps passe, Jón est souvent envoyé par ses maîtres faire des commissions sur le port. A force, il finit par lier connaissance et devient l’ami d’un Gallois qui lui apprend le métier de tanneur. Jón multiplie les connaissances, rencontre des Irlandais, des Ecossais des Hébrides (!) et un autre jeune Islandais, de quelques années son aîné, lui aussi-kidnappé par les Anglais. Ce nouvel ami rêve de revoir son île natale. L’occasion fait le larron, voilà tout ce petit monde qui s’évade sur un rafiot, direction l’Islande. Mais un rafiot qui prend l’eau… N’empêche, l’équipage échoue au sud de l’île de glace de de feu. Jón découvre sa terre natale dont il ne se souvient pas en traversant le pays du sud vers les fjords de l’Ouest. Il s’établit pour un temps à Skard, dans le Breidafjord, puis se rend sur les îles qu’abrite ce fjord : Flatey et les Bjarneyjar. Jón s’émerveille de la puissance et de la beauté de la nature; il est surpris de ce que mangent les Islandais ; il s’intéresse au folklore et à l’histoire, il apprend le métier de pêcheur, faute de pouvoir devenir fermier. Il cherche sa mère, se renseigne et fini par devoir reprendre la route, direction les Açores via le Portugal ! Vous parlez d’un périple !

Nous sommes à la fin du 15e siècle… ça ne vous rappelle rien ? Vous savez, il y a un type qui est censé avoir découvert l’Amérique même si dans sa tête c’était les Indes… Oui, c’est bien de Christophe Colomb dont il est question, à la même époque que celle de Jón !
Bruno d’Halluin en profite pour faire le parallèle entre le Génois et les voyages des Vikings… 5 siècles avant Christophe Colomb. Ainsi, les Vikings venus de Scandinavie, sous la houlette de Erik Le Rouge ont débarqué au Groenland vers l’an 1000 et s’y sont installés pendant 5 siècles, après avoir colonisé l’Islande. Ils s’appelaient les Groenlandais, d’où a été tiré la saga du même nom et celle d’Erik Le Rouge. Ils ont bien essayé également de s’installer au-delà du Groenland, dans ce qu’ils appelaient le Vinland et le Markland (aujourd’hui c’est sans doute le Labrador et Terre-Neuve (et aussi Helluland qui est la Terre de Baffin), mais se sont heurtés aux indigènes, à savoir les Amérindiens. Donc ils n’ont pas pu y rester. En revanche, au Groenland, ils ont cohabité à peu près pacifiquement avec les Inuits. Cinq siècles plus tard, Jón apprendra de la bouche de sa mère la fascination de son père pour ce peuple qui du temps de Jón étaient appelés « Skrælings » (terme péjoratif, néanmoins).
Et puis, on ne sait pas vraiment pourquoi, les Vikings du Groenland ont disparu. La Scandinavie avaient d’autres problèmes pour s’occuper d’eux, les puissances européennes aussi. Bref, à l’instar de l’Islande, cette île à la marge du monde, on les a relégué aux oubliettes. On pense que les conditions de vie étaient devenues trop difficiles (il y a eu un mini âge glaciaire au 15e siècle). Mais peut-être ont-ils été également affaibli par les épidémies (la peste frappe deux fois l’Islande au 15e siècle). Mais la cause réelle scientifiquement prouvée reste non élucidée.
Bruno d’Halluin rend un formidable hommage à ces Islandais du Goenland. A ce titre, la fin du roman est émouvante !

Ce roman est aussi l’occasion pour l’auteur de nous montrer la suprématie des grands propriétaires fermiers sur les pêcheurs. Il n’y avait pas de villages en Islande, mais des fermes dont les riches propriétaires faisaient la loi. Etre pêcheur était un travail de pauvre.

On tâte aussi la rudesse de la vie dans les îles du Breidafjord : une vie encore plus difficile que pour les Islandais de la « Grande Terre ». Pas d’arbres ou si peu en Islande. Donc, le bois flotté était le bienvenu pour construire barques ou autres bricoles. Les Islandais récupéraient ce qu’ils pouvaient des épaves qui s’échouaient (comme dans les îles Blasket en Irlande, d’ailleurs). Pas de moutons, pas de laine, pas de métier tisser dans les îles. Les gens sont habillés comme des gueux, avec des loques !Mais là, Jón a une sublime idée qui fera enrager le fermier du coin…

Enfin, Bruno d’Halluin vous immergera brièvement dans le folklore islandais, le petit peuple qui se cache derrière les magnifiques paysages de l’île.

Si vous aimez vous évader en lecture et apprendre au passage une foule de choses, ce roman est pour vous ! Je me suis régalée !
Un roman dense, avec beaucoup de personnages et de peuplades mais qui se lit très facilement. On est happé par l’histoire, très bien écrite, et documentée. Ca m’a passionné !

Bruno d’Halluin est français, écrivain-voyageur. Dans la vie, il est informaticien et prend souvent des congés sabbatiques pour voyager, par les mers à bord de son bateau, si j’ai bien compris. Ce livre a été publié en 2010 aux éditions Gaïa. Comme vous le voyez sur la couverture, il a été primé. Il était dans ma PAL depuis 2012 : on ne soupçonne jamais les trésors non lus qu’on a dans sa bibliothèque !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature française, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Jón l’Islandais – Bruno d’Halluin

  1. alexmotamots dit :

    Je n’aurais pas cru que l’Islande au 15e siècle puisse être passionnante.

    Aimé par 1 personne

  2. lilly dit :

    Je ne connais rien de cette histoire, mais tu donnes diablement envie !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s