Tortues à l’infini – John Green

81G+NtLWXZL

Traduit par Catherine Gibert

Mon blockbuster de l’année 2017. Tous les ans je m’en lis un ou deux histoires de me faire une idée, ou du moins essayer de comprendre ce qui fait le succès de certains auteurs. Je mets à part Amélie Nothomb parce qu’elle me « parle » et que j’aime bien ses bouquins depuis le début.

Donc voilà, j’ouvre mon troisième John Green, au titre énigmatique (il est identique en version originale).
Aza Holms, 16 ans, vit à Indianapolis. Elle vit avec sa mère, prof. Elle n’a plus de père mais il lui reste sa voiture, qu’elle prénomme Harold. Elle va au lycée, avec sa meilleure amie, l’intrépide Daisy. Toutes les deux sont fans de fanfiction et Daisy en écrit. Un jour Aza renoue contact avec un copain qu’elle a connu en colonie de vacances : Davis. Sa particularité : il est fils de milliardaire. Et comme si cela ne suffisait pas, son père est porté disparu. Une récompense d’un million de dollars est offerte à qui le retrouvera. Cela émoustille Daisy qui entraîne Aza, sa petite « holminette » à la recherche du bonhomme. En même temps, Aza tombe amoureuse de Davis. Daisy s’éprend de Mychal.
Davis vit seul avec son petit frère infernal dans la maison de son père disparu, où vit aussi un tuatara (un gros lézard préhistorique qui peut vivre des centaines d’années).

J’essaie de vous résumer en quelques lignes l’histoire car j’avoue que ce roman pour ado m’a laissé totalement perplexe au début car ça part dans tous les sens et on a du mal à cerner ce qui se passe. Il faut vraiment s’accrocher un certain temps avant d’arriver à rassembler les « morceaux ».
On se rend compte au fur et à mesure qu’ Aza a un souci psychologique intense qui l’empêche de vivre totalement normalement. Elle a des pensées invasives et obsessionnelles, des angoisses incontrôlables, la peur permanente d’attraper des maladies. Elle en est consciente, elle essaie de faire belle figure mais ça la dépasse largement. Elle consulte régulièrement une psychiatre mais ne prend pas son traitement.
Elle craint le regard de Davis quand il s’apercevra qu’elle n’est pas totalement une fille comme les autres : quand il l’embrasse, elle se fait un trip sur les microbes qui s’échangent à travers la salive. C’est l’objet d’un certain nombre de lignes très détaillées dans le roman. Et à plusieurs reprises, pour de nombreuses choses, avec des termes scientifiques.
On en apprend également un rayon sur les tuataras (je ne savais pas du tout si cette bestiole préhistorique existait vraiment, il se trouve que Google-mon-ami m’a appris que oui !) C’est ça :

tuatara

Il est aussi question de tortues, mais je n’ai pas trop compris le rapport entre l’histoire et le titre, même si c’est évoqué de biais.

Il y a des histoires de constellations, d’étoiles, d’espace intersidéral, ce genre de chose…
Il y a une histoire d’une amitié indéfectible malgré les disputes, les différences, sociales, et dues à la maladie. Mais pas assez pour que ce soit entraînant, marquant et émouvant.

Bref, je vais être claire : je me suis gravement ennuyée. Je me demande si un ado accrochera facilement à ce roman à la construction assez complexe et déconcertante. Je sais que c’est le roman le plus personnel de l’auteur puisqu’il souffre (ou a souffert) lui même de formes d’angoisses maladives. La maladie est aussi au coeur de Nos étoiles contraires, qui pourtant était distrayant. Tel n’est pas le cas ici, à mon avis. Je voulais terminer néanmoins le roman en me disant que la fin serait éclairante. Bof ! On va dire qu’il y a juste de l’optimisme au bout. C’est au moins un point positif.

 

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature américaine, Littérature jeunesse, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Tortues à l’infini – John Green

  1. alexmotamots dit :

    En lisant ton billet, je me demande aussi si un ado accrocherai.

    J'aime

  2. lilly dit :

    Mince ! Après une lecture plaisante de « Nos étoiles contraires », j’avais bien envie de découvrir ce livre…

    J'aime

    • Maeve dit :

      C’est mon 3e roman de John Green. Je n’ai pas du tout aimé mais ce n’est que mon avis. C’est son roman le plus personnel. Je trouve qu’il n’est pas du tout adapté pour de jeunes lecteurs : trop fouilli.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s