L’aube sera grandiose – Anne-Laure Bondoux

Illustré par Coline Perony

« Cette histoire commence là, juste après l’embranchement entre Saint-Sauveur et Beaumont sur la départementale qui traverse le plateau. Nous sommes fin juin, à la tombée de la nuit. La voiture ralentit, quitte la route principale, bifurque vers un chemin forestier mal entretenu, puis s’enfonce pleins phares sous le tunnel des branches pour descendre en direction du lac. ».

Nous sommes vendredi, il est 22 heures. La nuit où tout va changer.

Nine, 16 ans avait prévu de participer à la fête du lycée, mais elle est littéralement kidnappée par sa mère, Titania. Au lieu de passer sa soirée à Paris, avec ses amis, Nine la passera enfermée avec sa mère, dans un cabane, au bord d’un lac. En huis clos. Elle n’en ressortira qu’à l’aube.
Le lecteur, à l’instar de Nine,  va assister à une série de révélations familiales. Autre détail de taille : Titania est écrivain : elle est connue, elle écrit des polars, elle est surnommée « la fée du suspense ».
Alors, sachez que vous partiriez presque pour un conte des mille et une nuits, si ce n’est que l’histoire que va conter Titania à sa fille n’est pas une fiction, mais son histoire. Titania a 50 ans. C’est aussi une histoire digne d’un polar : haute dose de suspense !

1970 : une femme, Rose-Aimé, fuit un squat à bord d’une Panhard au bord de la panne d’essence. Le hasard et l’urgence la font s’arrêter à la première à essence, justement. « Elle a ouvert la portière de la fourgonnette, et, elle a déplié ses jambes de flamant rose.
Depuis le fond de la Panhard, j’ai vu un type debout devant la porte de la station-service, aussi immobile qu’un Photomaton. Il regardait ma mère. » Des jeux d’ombre et de lumières, des jeux de mots qui font rire. « En plus de tout le reste, ma mère avait un souvenir magnifique. Au moment où le soleil tombait derrière la ligne de l’horizon, elle l’a offert au pompiste ».
Vous l’aurez compris, Rose-Aimé est la mère de Titania et donc, la grand-mère de Nine.

On plonge, piqué par la curiosité, dans cette histoire familiale qui nous fait remonter dans les années 60-70-80. Dans cette cabane hors du temps, le lecteur, va remonter dans le passé, avec pour toile de fond, l’ambiance de chaque époque : musicale, un peu, mais aussi économique : les 70 insouciantes, le plein emploi ; le déclin des années 80, les usines qui ferment, le chômage, les délocalisations ; les stars du moment. Rassurez-vous : ce n’est pas du tout un roman politique ! c’est une belle histoire mais une vie cabossée, qui ressemble à un polar : une histoire familiale. Un héritage.

Nine, l’adolescente de 16 ans, va se prendre en plein visage le fait que sa mère lui a menti toute sa vie, sur elle-même et sur sa famille. L’histoire de fuite en avant et de fragilité. Une histoire de femme forte également, qui devra faire des choix, mais n’aura pas conscience de l’impact sur ses enfants : « Depuis ma naissance, Rose-Aimée me trimballait comme une valise, de ci, de là, sans se soucier de mon avis ».  Une femme qui se cherche. Se réfugie dans les bras des hommes, pas toujours les bons, parfois aussi cabossés qu’elle. Un parcours semé d’embûches, des routes qui se séparent.

Une histoire de génération aussi. Titania en racontant son histoire, va amener Nine à la voir sous un autre angle. La gamine va se prendre au jeu, puis avoir du mal à assumer tout ce que sa mère va lui dire, dans une société contemporaine où l’argent facile est devenu roi, où le choix de Titania n’aura pas été celui-là. En héritage, à sa fille, elle ne lui transmet pas de l’argent mais son histoire familiale, son roman à elle.

Ce roman est riche de thématiques. J’ai aimé la mise en abyme, le roman dans le roman qui offre une part belle à l’art de conter, à l’écriture, à l’impact du vécu de chacun dans la fiction, qu’on le veuille ou non. Nine (et le lecteur) voit se façonner les personnages au fil des pages. Nine en oublie presque que ce sont des personnes réelles de sa famille, elle déréalise par instant, le fait que Rose-Aimé, Octo, Orion et les autres ne sont pas des personnages de roman et demande la suite de leurs aventures ! Pourtant, la réalité la rattrape  assez vite… Cela amène à se poser la question de la manière dont chacun se réinvente, réécrit son héritage etc.

« Comment démêler le vrai du faux quand on a affaire à un écrivain ? Et encore pire : à des souvenirs d’enfance racontés par un écrivain ? »

J’ai aimé le pompiste et adoré le médecin qui m’a brisé le coeur par son histoire triste, mais pas du tout l’autre, le premier !
Rose-Aimée en a bavé, comment aurait-on agit à sa place ?
J’ai aimé les jumeaux Orion et Octo. Mais je me suis interrogée sur le handicap d’Orion : comment se fait-il que tout se résolve si facilement ; quelles difficultés aura-t-il rencontré dans sa vie avec ce qui fait de lui quelqu’un de différent ?

Je ne peux absolument pas vous raconter la fin sous peine de spoiler, mais j’avoue que pour moi, ce fut un point de frustration. Je pensais que… Mais non… Argh ! Sur le coup, ça m’a dépitée ! (LOL)
J’aimerais que ceux qui ont lu l’histoire me disent ce qu’ils pensent de la fin. Auriez-vous voulu la même chose que moi ? Expliquez moi ce que vous aviez imaginé ?

A part ce point de détail, j’ai aimé. Je me suis plongée avec délice dans cette cabane coupée de la folle course du monde comme dans un refuge, pour écouter Titania raconter l’histoire de sa mère.

« Toutes les mères de l’univers ont sans doute une vie secrète, des activités à elles, des amis ou des collègues dont elles ne parlent jamais, des rêves enfouis, des soucis qu’elles dissimulent. Des amants parfois. La sienne a une cabane au bord d’un lac. »

Un roman à lire en musique et sans smartphone à promixité. 🙂
Un roman à nuit blanche aussi !

24254860_1826037150771804_9077063911232309312_o

Anne-Laure Bondoux et sa fille Coline Perony, illustratrice du roman, pour une lecture en duo et en musique au SLPJ 2017 : c’était chouette !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’aube sera grandiose – Anne-Laure Bondoux

  1. alexmotamots dit :

    Une auteure dont je trouve toujours les romans passionnants.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s