Road trip dans les îles d’Ecosse – 2 : Lewis et Harris

Je vous reprends où je vous ai laissés la semaine dernière, c’est-à-dire en train d’admirer le magnifique paysage de Skye près de l’écomusée…

On va continuer un peu vers le nord pour se rendre dans le petit village de Uig (dont ce nom gaélique veut dire « baie »), pour prendre le ferry et rejoindre Tarbert, petit village de Harris… Première étape, attendre la Caledonian Mac Brayne, qui relie deux fois par jour les Hébrides extérieures à l’ouest de l’Ecosse (au choix : Tarbert-Uig ou Stornoway-Ullapool ; but that’s all !)

Ce dont je me souviens de Uig, c’est qu’il faisait un froid de gueux et le vent était tellement puissant qu’on avait du mal à tenir debout. Le « CalMac », comme on le surnomme,  a la réputation d’être en retard mais il faut être là bien en avance, pour embarquer et se mettre en rang d’oignon. Néanmoins c’était plutôt tranquille.
Donc, en attendant d’embarquer, petit tour sur le port…

20785732_1679147855460735_2417743655913197580_o

Uig – Ile de Skye

20745944_1679147225460798_8923784477184459892_o

Mise dans l’ambiance en attendant la traversée pour Lewis & Harris à Uig, île de Skye

 

20689543_1679146538794200_3561008775382463206_o

20690456_1679148388794015_3600846113437073495_o

Non, on ne part pas avec ce bateau de pêche… 🙂

On scrute l’horizon avec impatience, le rêve est proche, il fait froid, on trouve la salle d’attente pour les piétons au moment où le bateau arrive. Vite demi-tour, juste le temps de prendre une photo.
20690327_1679149642127223_5725413857610491706_o

On est bien claqué de notre journée au grand air mais excités comme des gamins. On embarque et c’est parti pour 1h40 de traversée. La taille du bateau m’a surprise, on se croirait dans « La croisière s’amuse », et le pied c’est qu’il est presque vide ! On ne se marche pas dessus et on arrive à avoir le meilleur point de vue, bien au chaud, en train de siroter un petit drambuie (liqueur de whisky, avec du miel et de la bruyère, l’équivalent du mist irlandais). On quitte Skye sous la pluie pour mettre cap sur le grand large. Pendant longtemps, rien à l’horizon, le bateau navigue pourtant à une belle vitesse. De magnifiques jeux de lumières à saisir. Et puis le suspense…
20690058_1679150772127110_6441863028643478926_o 20369492_1658971577478363_69887096169126972_o

 

Parce que les Hébrides extérieures aiment bien se draper dans un brouillard de suspense ! Très lentement, très doucement, terre à l’horizon ; on a l’impression d’en être même encerclés mais sans en être vraiment certains. Pourtant, des employés de la compagnie commencent à prendre position à l’avant du bateau. Le brouillard lève le rideau et apparaît devant nous, Tarbert, petit village niché sur le flanc des montagnes de Harris.

20414245_1658975784144609_4067089897675593723_o

Arrivée à Tarbert, sur l’île de Harris

DSC01882.JPG

Le petit village de Tarbert sur Harris (C)

La carte Michelin sur les genoux, on prend la route pour Stornoway, sur Lewis. Mais c’est pas trop difficile, c’est tout droit, vers le nord. Le paysage est beaucoup plus impressionnant. Des montagnes « géantes », c’est le souvenir qu’il me reste, des lochs et des lochs, un désert de vert et de pierres sans rien d’autre, à part quelques maisons paumées et isolées les unes des autres par des kilomètres de distance. Glurps !! Pas le moment d’avoir un problème, ce serait la galère ! Je connais bien le Connemara en Irlande, ces paysages sont similaires mais pourtant j’ai l’impression qu’à côté de ce que je vois ici, le Connemara est une région bien moins sauvage ! C’est dire ! Le mauvais temps accentuait encore ce désert austère. Ca y est, on est bien dans l’ambiance décrite par les romans de Peter May !

 

Paysages de Harris (c)

On a bien le temps de s’immerger dans l’ambiance car la route est un peu longue pour rejoindre Stornoway, serpentant entre des lochs, des montagnes et des cailloux. Peu à peu, l’altitude devient moins élevée, le paysage plus plat au fur et à mesure qu’on avance vers le nord : pas de doute, on est sur Lewis !!

DSC01840

Lewis (C)

Je dis parfois Lewis & Harris ; parfois Harris et encore parfois Lewis. En réalité, Lewis & Harris est une seule île. Mais pour les Ecossais et en particulier les habitants de Lewis & Harris ce sont deux îles distinctes car le dialecte gaélique qui y est parlé est différent.
Le gaélique
Ah oui, détail d’importance et pas des moindres : ici, le gaélique est la première langue parlée couramment. Bien plus qu’en Irlande (pas le même dialecte, d’ailleurs). Plus de 60% de la population le pratique quotidiennement. Cela se ressent énormément dans l’accent anglais des habitants. Je vous assure, dans votre vie, vous n’avez jamais fait d’anglais tant que vous n’aurez pas fait un tour sur Lewis & Harris ! L’accent gaélique à ce point dans la langue anglaise, je n’avais encore jamais vu. Même en irlande (sauf peut-être à Inishmore mais à côté c’était rien). C’est génial. Surtout quand du coup, on ne comprend rien ! 🙂 Même avec un anglophone dans les bagages qui a presque l’air d’en suer autant que vous. Sérieux, vous aurez « les gouttes » ! 🙂 Et parfois, les gens s’amusent et vous parlent directement en gaélique. Sans doute rien que pour voir votre tête, le temps que ça remonte au cerveau et que vous compreniez que ce n’est pas la peine de vous creuser :  ce n’est pas de l’anglais… Toutes les indications sont d’abord en gaélique et le reste, en tout petit, en anglais.
DSC01888

20374516_1660664570642397_8234336715645884704_n

C’est très étrange pour nous d’entendre des gamins s’amusant à faire déraper leurs vélos sur le bitume mouillé s’interpeler en gaélique !

Le miam
Mais un super accueil, un super miam, maison. Le deuxième fish and chips le meilleur au monde que j’aie mangé, je l’ai mangé ici, à Stornoway, sur Lewis ! Frites maison et poisson tout frais pêché. 20690233_1679161282126059_2823471364152135828_o

 

Partout où on a mangé, c’était des choses faites maison ! Je ne sais pas si c’est le hasard. Mais en tout cas, même au centre d’information des pierres levées de Callanish, la mini-cafét faisait de la cuisine traditionnelle maison. Je n’ai jamais vu ça ailleurs. Dans mes papiers, peut-être retrouverai-je les adresses. En tout cas, c’était top. La chose à goûter absolument et que les Irlandais connaissent bien aussi, c’est le black pudding (boudin noir de mouton, en tranche), servi au petit-déjeuner. Le black pudding est la spécialité de Stornoway ! On doit sa réputation à la boutique de Charles Macleod (« A taste of the Outer Hebrides ! »), sise Roperwork Park.

Le drink
Du whisky, évidemment (il existe à présent 2 distilleries légales depuis 2008 sur Lewis & Harris ; auparavant, elles étaient toutes « illégales »).
De la bière : la clasman (bière blonde) , la Islander (bière rousse) ; la Celtic Black (stout ou bière brune) .

De quoi s’habiller
Si le coeur vous en dit, vous pouvez aller visiter l’atelier du fameux tweed de Harris, situé à Tarbert (avec des boutiques un peu partout sur l’île de Lewis & Harris). Ce tweed, très différent de celui de Donegal (pour ceux qui connaissent l’Irlande) est en pure laine (évidemment), avec des motifs de tartan. Pour porter la mention « tweed de Harris », il doit obligatoirement avoir été tissé à la main et au domicile du tisserand et bien évidemment sur Harris ! Il ne peut pas avoir été fabriqué en usine. Le tisserand est payé au mètre et il a un autre job à côté, ne pouvant vivre de cela. Le tissage artisanal explique paradoxalement le prix exorbitant de la moindre babiole en tweed de Harris. Mais c’est splendide !

DSC01897

Sur Lewis & Harris de nombreux souvenirs faits sur place et non pas en Chine peuvent faire des cadeaux originaux et authentiques. Ici en tweed de Harris dans une boutique de Stornoway  (C)

On s’est procuré des documents à l’office du tourisme de Stornoway et puis partout où on est passé, car nos guides en français ne prêtent guère attention aux Hébrides Extérieures. 20729069_1679145255460995_4599533166752576986_oJ’ai ainsi récupéré gratuitement une jolie carte illustrée de l’île (pratique pour repérer les pompes à essence !), un plan de Stornoway illustré aussi et tout un tas de choses sur ce qu’il y a à visiter et à acheter… C’est très bien achalandé. On a donc commencé à faire nos touristes en mal de verdure et de grand air. On ne connaît pas, donc on se laisse guider par les principaux sites à voir. Ce que je peux dire, c’est qu’on a beaucoup roulé. Mine de rien, c’est une grande île Lewis et Harris, la plus grande des Hébrides Extérieures et  même d’Ecosse, bien que nos guides touristiques l’oublient. C’est parsemé de lough et de « fjords » (même si le terme n’est pas le bon) : bref, c’est une île, mais l’eau s’installe partout dans l’île elle-même. Quand elle ne tombe pas du ciel non plus. Autant vous dire que si vous êtes une chochotte qui craint la pluie et le vent, les jeux de cache-cache permanents toutes les 5 minutes entre le soleil et les nuages, Lewis & Harris n’est pas pour vous ! La douche écossaise a été notre lot quotidien. Ce fut une vraie gageure pour faire des photos : j’en ai fait pas mal, mais certainement pas autant que j’aurais voulu. Dame Nature m’en a souvent empêchée. Mais ça fait partie de la destination !

Dun Carloway Broch, à l’ouest de Lewis date de l’âge de fer. En soi, il n’a rien d’extraordinaire et ce n’est en tout pas ce qui a attiré mon attention. Mais le paysage et la vue.

DSC01846

20746189_1679158038793050_5019066911308545397_o

On était tout à fait dans un roman de Peter May. Je m’attendais à voir débouler Fin, Artair et Marsaili au coin de la route. Le roman ne se déroule pas dans ce coin de Lewis, certes, mais dans le nord, près de Ness. N’empêche, j’y étais carrément !

20451842_1659964440712410_8611054588243906209_o

(C)

 

 

DSC01858

A l’ouest de Lewis (C)

DSC01850

DSC01848

Bergerie en ruine ou vieille blackhouse ? (C)

Magnifique vue. On s’en est pris plein les yeux – pendant tout notre séjour d’ailleurs, où qu’on les tourne !

DSC01851

 

A Callanish, toujours à l’ouest de Lewis, un site de menhir parmi tous les autres des alentours, cela fait tellement rêver que ça se passe de commentaire…

DSC01867

(C)

DSC01866

(C)

DSC01861

5000 ans qu’elles sont là (C)

Lewis & Harris est réputé pour ses magnifiques plages. Comme les autres îles des Hébrides extérieures d’ailleurs. On voulait les voir, il faut dire que ça se mérite : pas évident avec la météo. Sachez que les photos que vous allez voir, m’ont coûté la saucée du siècle, façon seau d’eau qu’on vous verserait sur la tête histoire de vous faire une blague. J’aurais voulu m’approcher plus, être au bord des vaguelettes, mais je n’ai pas eu le temps : le nuage s’est percé avant et nous a lâché sa dose de whisky – rappelez-vous que la racine étymologique de cet alcool (qui vient du gaélique) veut dire eau ! 🙂
La plus fameuse plage, qui est réputée la plus belle d’Europe et du Royaume Uni, (j’adore ces réputations partout où on peut aller dans le monde…) se trouve sur Harris. Bon, sérieux, c’est pas avec la carte Michelin et seulement un guide en français qu’on aurait pu la trouver. Luskentyre est bien indiqué sur la carte Michelin mais pas de mention ou de pictogramme « plage ». Donc merci à nos documents de l’office du tourisme des Hébrides Extérieures !
Allez, je vous emmène !

DSC01870

Plage de Luskentyre Sands (South Harris) (C)

 

DSC01871

Plage de Luskentyre Sands (South Harris) (C)

DSC01873

Plage de Luskentyre Sands (South Harris) (C)

DSC01877

Plage de Luskentyre Sands (South Harris) (C)

DSC01879

(C)

Encore une fois, je vais vous laissez là, profiter de la plage. Je pensais qu’un seul billet sur Lewis & Harris suffirait pour résumer mes journées. Mais non ! Une troisième chronique s’impose, pour aller dans le coin des chasseurs d’oiseaux…

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Road trip dans les îles d’Ecosse – 2 : Lewis et Harris

  1. Pour les Ecossais, Lewis et Harris, malgrè leurs contours on ne peut plus flous, sont , de par leur leur histoire deux îles bel et bien différentes. L’une protestante, puritaine, l’autre catholique, même si, rigoriste également. De mon côté j’ai trouvé Lewis certes sauvage mais tristounette et Harris beaucoup plus belle, surtout au Nord et à l’Ouest…Autre personnes, autres ressentis, ça sert à ça d’échanger après tout et je regarderai peut-être Lewis différemment la prochaine fois! Concernant la comparaison avec le Connemara. Je vis en Irlande où comme tu le sais probablement, bon nombre de paysages là bas sont bien plus sauvages que le Connemara. Cependant, le Connemara, ça reste simplement, bah! autre chose…et malgrè tout : les flots de touristes en été, les holidays compounds et autres horreurs que nos « Irish amis » ont essaimé tout le long des côtes de l’Ile d’Emeraude aux belles heures du Tigre Celtique ( les dégâts!!!)….quand les touristes sont partis et dans certains coins…il y a encore une pu…d’ambiance là bas ! Bref, pour moi juste rien à voir avec Harris ou Lewis et pas envie de choisir.

    Aimé par 1 personne

    • Maeve dit :

      Oui c’est autre chose. Je comparais au Connemara car le paysage de Harris (mais aussi Lewis) est similaire. Pour le reste, je suis d’accord. Quant à moi j’ai apprécié Lewis autant que Harris. Je connais forcément moins que toi puisque c’est mon 1er séjour : je ne rêve que d’une chose c’est d’y retourner! 😊 Pour la religion, j’ignorais cette différence. Mais il faut dire que les guides en francais ignorent quasiment Lewis et Harris (en tout cas 3 lignes, pas plus, sur le guide bleu et rien sur le Lonely Planet que j’ai acheté). Merci pour les infos ! 😉

      Aimé par 1 personne

      • Non, « pan sur le bec » comme dit « Le Canard ».
        Mea culpa, mea maxima culpa.
        Je tenais cette info d’un habitant des Highlands qui considère les habitants de Lewis comme de tristes sires Un doute finalement après avoir écrit ce commentaire. C’est la visite – passionante- de St Clement’s church qui m’aura aussi induit en erreur. Non, Harris comme Lewis est à majorité presbythérienne, c’est South Uist et Barra qui sont restées catholiques. Effectivement, tous les débats, il y a relativement peu de temps, sur l’ouverture du service de la CalMac le dimanche auraient du me mettre la puce à l’oreille. Bon, reste que ces îles sont un charme fou…

        Aimé par 1 personne

      • Maeve dit :

        Ok. Il n’y a pas de mal. Je me disais que j’avais raté quelque chose mais j’avoue qu’on n’a pas fait les églises. 😄

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s