Nos âmes jumelles/Nos âmes rebelles – Samantha Bailly

918BxhYI2JL 91kC2r9+5dL

Une chronique double sur une série ado dont j’ai englouti les deux volumes dans la semaine.
Lou et Sonia se rencontrent sur internet, par le biais d’un forum qui publie des fanzines. Elles sont toutes les deux en classe de première. Lou est passionnée par le dessin et Sonia rêve de devenir écrivain. Leurs caractères sont diamétralement opposés : Lou est timide, discrète, renfermée ; au lycée, elle est moquée par les autres élèves, elle prend des antidépresseurs pour tenir le coup ; Sonia est exubérante, coquette, s’intéresse à la gente masculine et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Toutes les deux sont de brillantes élèves.  Sonia est première littéraire par choix ; Lou est dans la filière scientifique, non pas par goût pour les sciences, mais poussée par sa mère qui estime que c’est ce qui ouvre le plus de voies. Celle-ci la tanne pour qu’elle fasse ensuite une prépa. Sonia est encouragée par son prof de français, un type hors norme pour un prof, qui l’encourage dans l’écriture. Sonia est un peu délaissée par ses parents.

Sur le forum « Trame », dédié aux fanzines, les deux adolescentes décident rapidement d’associer leurs talents et de lancer un blog pour y publier des strips. Lou dessine, Sonia écrit les textes de Trames jumelles qui raconte les anecdotes de leur vie quotidienne en BD.  Elles relayent le blog sur les réseaux sociaux pour se faire connaître. Lou et Sonia finissent par prendre la décision de se rencontrer dans la vie réelle, non tout à fait sans appréhension. Si elles se sont un peu confiées sur leur vie respective et leur problème, finalement, elles ne se connaissent pas : leur amitié repose sur leur passion artistique.

Dans le premier volume, Nos âmes jumelles, nous suivons Lou et Sonia pendant une année scolaire en première ; puis Nos âmes rebelles enchaîne sur l’année suivante jusqu’aux résultats du bac. Chaque chapitre s’ouvre sur quelques lignes que les jeunes femmes s’adressent des années plus tard, et qui laissent deviner ce que leur a apporté leur amitié. Le lecteur suit donc la vie des deux adolescentes au lycée, en famille, avec leurs copains, leur premières fois,  et puis (un peu) leur progrès en tant qu’artiste.

On s’attache aux personnages, c’est indéniable.  Mais au fil de ma lecture j’ai été partagée par deux sentiments contradictoires : une petite voix me disait que c’était plaisant et une autre qu’il manquait un petit quelque chose. J’ai mis un petit moment à déterminer le pourquoi de mon sentiment mitigé  : eh bien finalement, c’est parce que tout arrive un peu trop facilement à ces deux nénettes. Elles sont tout de suite repérée par l’administratrice du site à cause de leurs textes et dessins ; elles sont bonnes élèves (certes leurs parents sont un peu à l’ouest mais ce ne sont pas des cas sociaux non plus ! ) ; elles ont des déboires sentimentaux (comme tous les ados) ; [attention spoiler, mais j’ai pas le choix] : elles réussissent les doigts dans le nez le bac avec chacune une mention ; Sonia intègre la Sorbonne mentionnée comme la meilleure fac de lettres (ça fait un peu cliché!) ; Lou réussit la sélection drastique des Gobelins, la sacro-sainte école de l’image ; on pourrait penser qu’elles vont devoir chercher un logement type CROUS ou moyennant finances pour leurs études supérieures : eh bien non ! Comble de la chance, la grand-mère de Sonia lègue à sa petite-fille son grand appart à Paris…  ; côté artistique, Lou a sympathisé avec sa mangaka favorite au salon d’Angoulême et celle-ci propose de donner le lien du blog à son éditeur et l’éditeur finit par les contacter…
En fin de compte, la seule déconvenue de Lou et Sonia sera que l’éditeur va leur dire qu’il y a du potentiel mais qu’il y a encore du boulot avant que BD soit publiable. L’occasion d’un troisième volume sans doute !

Quelques thématiques sont abordées : évidemment l’amitié et la création artistique (mais la difficulté de la création artistique justement gagnerait à être accentuée) mais aussi l’homosexualité, le harcèlement, l’identité numérique…

En résumé c’est une histoire d’amitié sympathique, mais l’ensemble manque de péripéties, d’un peu de piment et de suspense pour être totalement crédible. J’aurais voulu aussi que l’aspect création artistique soit davantage au premier plan : par moments, on part vraiment très loin de ça…
Une série ado qui ronronne trop à mon goût, avec des héroïnes  nées sous la bonne étoile.

 

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature française, Littérature jeunesse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Nos âmes jumelles/Nos âmes rebelles – Samantha Bailly

  1. alexmotamots dit :

    Je comprends ta déception.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s