On ne mange pas son meilleur ami – Simone Lia

61h97LDLPFL

Traduit par Marie Hermet

Marcus est un ver de terre. Il rencontre Louis, « un gros oiseau mal coiffé » qui ressemble à un poulet, à un moment critique : il s’apprête à en faire son déjeuner.
Marcus vous demande : « Qu’est-ce que vous feriez si vous étiez un ver, avec un oiseau à deux centimètres de votre nez, le bec ouvert tellement grand qu’on voyait jusqu’à ses amydales ?
Vous feriez peut-être comme moi. Je lui ai adressé un grand sourire, et j’ai lancé de ma voix la plus chaleureuse : Bonjour ! »
Toujours pour sauver sa peau, Marcus se met à faire la conversation . En faisant parler Louis, il apprend rapidement que ce gros oiseau dodu se prend pour un flamant rose et que son rêve est d’aller au lac Nakuru, au Kenya, où vivent ses congénères flamants roses, dans la réserve naturelle de Masai Mara.
17492306_1606035506105304_7766230269679734931_o

Pour lui, sa vie est là-bas. Seulement, il est incapable de lire une carte. Marcus, le ver de terre le plus intelligent de la galaxie, lui propose de l’accompagner (avec dans l’idée de se sauver, évidemment).

19144185_1605986362776885_3646889905448619164_o

Let’s go ! Le début d’une rocambolesque aventure où les relations entre Marcus le ver de terre et Louis, le gros oiseau pouletesque vont se transformer. 19221780_1605986659443522_3486476363943770604_o

Un roman sur le thème de l’amitié, mais aussi la solidarité, l’entraide, la gentillesse, tout simplement, dans un univers loufoque, décalé et tendre. Sachez que le modèle de Marcus le vers de terre n’est rien d’autre que… Robert le Bruce ! 🙂 Je n’ai pas trouvé de kilt dans l’histoire mais beaucoup d’humour, avec des dessins à la fois tout mignons et rigolos. Le portrait (des vers de terre ) Français n’est pas en reste : ils sont gentils mais un peu à la masse ! Je suis assez d’accord avec cette idée 😉 .19250444_1605985846110270_3900032410627615500_oUn roman qui respire la bonne humeur !
« L’une des choses que je préfère chez Louis, c’est que je peux lui dire toutes les idées qui me passent par la tête. Jamais il ne dira : « Quelle idée ridicule ! » ou une réflexion horrible de ce genre ! »

Simone Lia, qui a commencé à dessiner à l’âge de 13 ans, est également l’auteur des dessins de son livre. Elle vit et travaille à Londres et certains de ses dessins sont exposés à la Tate Britain de Londres et aussi partout en Europe.

La belle nouvelle, c’est que le roman est en présélection pour un prix du Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine-Saint-Denis 2017 (le Salon de Montreuil) !
A lire de 9 ans à 99 ans !

 

 

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature anglaise, Littérature jeunesse, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s