Suis-moi Sophia ! – Fleur Hitchcock

51qYBpafzPL

Traduit par Catherine Guillet

Lottie s’ennuie chez ses parents, des scientifiques qu’elle estime « pas normaux », comme tous les scientifiques, assure-t-elle ! 🙂 Le genre de personnes à tomber en extase devant un tas de compost, à manger des choses bizarres, sapés comme des mendiants, et à partir chasser les phasmes en guise de vacances, pendant que leur maison tombe en ruines. Lottie n’a comme distraction que les romans qu’elle dévore, pour fuir l’univers dans lequel elle vit. Jusqu’au jour où elle part en centre de vacances en compagnie de Sophia, une ado de son âge sur laquelle elle est censée veiller. Sophia semble son exact opposé : menue, soignée et aussi belle qu’une princesse indienne. Les deux gamines se lient d’amitié et Sophia cultive le mystère d’une vie compliquée qui subjugue Lottie : un beau-père gangster aux quatre cents coups, une mère chanteuse d’opéra qu’elle n’a pas vu depuis cinq ans. Un vrai roman pour ado en mal de sensations. Quand Sophia décide de s’enfuir du camp de vacances pour retrouver sa mère, Lottie lui emboîte le pas. L’occasion de devenir une héroïne ! Seulement, entre un roman d’aventures où le héros gagne à tous les coups et la réalité, il y a une marge…
On s’attache rapidement à ces deux gamines à l’imagination débordante. Fleur Hitchcock sème des indices dans son texte qui ancre le doute dans ce que raconte Sophia, mais sans trop insister non plus : on oublie donc pour un temps les pirouettes de la jeune fille, on se dit, comme Lottie,  qu’on a mal compris…
De son côté, Lottie confronte chaque situation difficile dans laquelle elles se trouvent à un roman qu’elle a lu. On ne sait jamais, ça peut servir quand on se rêve en héroïne ! On trouve pelle mêle Le mystère du pied tranché, Le mystère de la phalène morte, L’homme aux pistolets d’argent, Dernier combat au paradis, Mort subite sous le bois mort !(LOL )…  Peu importe si ces romans existent vraiment ou pas : Lottie est rat de bibliothèque impressionnant.
Un coup de coeur aussi pour le personnage de la vieille voisine décédée, qui a eu trois maris (fichtre !) et « a traversé l’Ecosse à pied, seule, sous des vents qui soufflaient en rafales et avec comme seul guide une carte d’aviation ». A sa retraite « elle faisait pousser ses propres légumes et lisait ses romans policiers à la loupe ». ♥  Un modèle parfait pour Lottie !
On se laisse entraîner. Jusqu’au moment où les deux gamines frôlent la mort…

Beaucoup d’humour dans cette aventure qui pourrait aussi s’intituler Comment voyager avec des escargots (nommés Pinky et Perky). Les seuls escargots de Bourgogne au monde ayant connu le luxe de passer une nuit à l’hôtel ! 🙂 Lottie décrit ce qu’elle vit avec ironie : « J’ai beau m’appliquer, je ne suis vraiment pas douée pour la navigation. La balise jaune se révèle être beaucoup plus loin que je ne le pensais et, en quelques minutes, non seulement je transpire, mais des grains de sable coincés dans ma combinaison irritent mes aisselles. Qui plus est, ce satané casque a glissé vers l’avant, où il m’empêche d’y voir d’un oeil. Mon champ de vision se limite désormais plus ou moins à l’avant de notre kayak. Nous essuyons une averse, après laquelle le soleil réapparaît, réchauffant l’eau qui s’est infiltrée dans ma combinaison. Si on aime barboter dans son pipi, c’est bien. Dans le cas contraire, je recommande d’éviter le kayak. »
Un roman qui aborde les thèmes de l’amitié, de la trahison, de la différence tout en dosant le savant suspense d’un roman à énigmes. Une belle part faite à l’aventure et à la littérature également.  J’ai beaucoup aimé !
Mon seul bémol va aux répliques de Lottie, directement au présent, que j’ai trouvé pas trop heureuses avec des verbes du 1er groupe en particulier sous forme interrogative  (mais ce n’est que mon avis )
– Oui, bonne idée… balbutié-je
– Ca n’a pas l’air, murmuré-je
– Des chansons préférées ? suggéré-je
Il y en a vraiment beaucoup sous cette forme. Je ne sais pas si c’est le fait qu’on le voit rarement dans un dialogue en français. D’habitude je crois qu’on met plutôt le passé composé. En tout cas, ça m’a fait une drôle d’impression.

Une bonne pioche pour mon premier roman de la rentrée littéraire.

Merci une fois encore à Flammarion Jeunesse !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature anglaise, Littérature jeunesse, Rentrée littéraire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s