Moi et toi – Niccolò Ammaniti

41nMqbxBEpL._SX303_BO1,204,203,200_.jpg

Traduit par Myriem Bouzaher

Le 12 janvier 2010, à  Cividale del Friuli, un homme s’apprête à prendre son petit-déjeuner dans un hôtel. Dès que la serveuse qui s’occupe de lui s’éloigne, il sort de son portefeuille un mot plié en quatre écrit par sa soeur dix ans auparavant, le 24 février 2000.

Le lecteur remonte immédiatement le temps et se retrouve à Rome 10 ans plus tôt. L’homme qui a sorti le mot de sa soeur est Lorenzo et il a quatorze en 2000. Il nous raconte son histoire : celui d’un gamin qui se sentait différent des autres, un solitaire qui se suffisait à lui-même sans ressentir le besoin de compagnie. Ses parents se sont inquiétés et l’on emmené voir un psychiatre qui diagnostique un sentiment d’hypertrophie de soi.
Pour avoir la paix, Lorenzo, très intelligent, se met à jouer la comédie permanente pour faire mine de se fondre dans le moule. Il décide de jouer à la mouche déguisée en guêpe. Ouf!, sa mère respire : son chérubin a des copains et copines ! Un jour, il entend Alessia et ses amis raconter qu’ils partent ensemble au ski. Lozenzo invente son bobard du siècle sans en mesurer les conséquences : il annonce à sa mère qu’Alessia l’a invité au séjour au ski. Pensez-donc, la mère exulte de bonheur ! Doudoune et tout le matériel est acheté ; la maman de Lorenzo a même décidé de l’accompagner pour le départ. L’ado ruse pour se débarrasser de sa mère en lui jouant le couplet de la honte d’être accompagné par sa maman à son âge ! La mère cède. A peine partie, Lorenzo tourne le talon, rebrousse chemin et va se cacher… dans la cave de la maison familiale où il a stocké livres et provisions pour y rester terré une semaine ! (bon c’est quand même bien cool parce qu’il a choisi Salem de Stephen King en guise de lecture, du Nutella pour se nourrir : bien mieux qu’un séjour au ski, non ? 🙂 …)

Une folle aventure commence pour lui, farfelue et rocambolesque, d’antant que sa mère insiste pour parler à la maman d’Alessia. Le gamin se raconte, se découvre, revient sur son enfance, parle de sa mère, invente des stratagèmes pour de sortir du pétrin dans lequel il s’est fourré pour le plus grand bonheur du lecteur, qui jubile, est attendri et s’attache beaucoup à lui !

On aime le ton tendre et drôle qu’adopte Niccolò Ammaniti pour faire parler son personnage à l’imagination débordante. Il est enfermé dans une cave mais il imagine, entre autres, qu’il est « un rescapé d’une invasion extraterrestre ».
« La race humaine avait été exterminée et nous n’étions plus que quelques-uns à avoir réussi à nous sauver en nous cachant dans les caves ou les souterrains des immeubles. Moi, j’étais le seul survivant à Rome. Pour sortir, je devais attendre que les extraterrestres s’en retournent sur leur planète. Et cela, pour une raison que j’ignorais, se passerait dans une semaine.
J’ai sorti de mon sac à dos mes vêtements et deux sprays d’autobronzant. J’ai mis mes lunettes de soleil, mon bonnet, et me suis aspergé de ce truc sur le visage et les mains. » Ambiance !!

Un événement majeur va venir bouleverser ses plans et sa vie, et sa mère en fait a peu à voir là-dedans. Ce n’est pas tout à fait un extraterrestre qui va venir dans la cave mais quelqu’un qui va le faire grandir d’un seul coup et nous tirer une larme. Parce que la fin du roman est un vraie claque. Vous découvrirez pourquoi Lorenzo est à Cividale del Friuli et ce qu’il y a écrit sur le mot plié en quatre. Soyez fort !

J’ai aimé la façon dont Niccolò Ammaniti traite du thème de la différence, de l’adolescence et de la fragilité, avec humour, intelligence et sensibilité.

J’ai découvert  il y a peu J’ai pas peur, du même auteur, que j’ai absolument adoré. Celui-ci est un coup de coeur.
Le seul reproche que je peux faire : il est trop court  (à peine 130 pages) et on ralentit la lecture pour ne pas le terminer tout de suite…
Mais bon : court mais percutant.

La quatrième de couverture annonce que ce roman a été porté à l’écran : j’adorerais le voir.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature italienne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Moi et toi – Niccolò Ammaniti

  1. alexmotamots dit :

    Me voila tentée, même si la période de l’adolescence n’est pas mon sujet préféré.

    Aimé par 1 personne

  2. Maeve dit :

    Ce roman est divin. ☺

    J'aime

  3. vinushka64 dit :

    Je l’ai mis dans ma wishlist aujourd’hui, il a l’air super et en effet, j’ai vu qu’ils avaient fait un film, il a l’air bien aussi !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s