L’anneau de Claddagh tome 1 : Seamrog

81jLTTNzE4L

Nous sommes dans le Connemara en 1848. Keira est servante dans une « Big House » tenu par des Anglo-Irlandais. Sa mère y est cuisinière. Avant de mourir, la grand-mère de Keira a légué à celle-ci un bijou traditionnel dans la région : un anneau de Claddagh. Celui-ci a un pouvoir magique. C’est du moins ce qu’apprend le lecteur au début du roman. Keira évoque assez régulièrement la chaleur qui émane de lui. Surtout quand elle est en difficulté. L’anneau lui permet de communiquer (même si ce n’est pas vraiment le terme approprié!) avec sa grand-mère décédée, qu’elle appelle « mamina » – une surprise pour moi !
La famine tombe sur l’ouest de l’Irlande. Les Irlandais meurent de faim les uns après les autres. Keira vole de la nourriture pour aider ses amis, avec la complicité de sa mère. Elle tombe amoureuse d’Arthur, le fils du propriétaire du château. Un amour réciproque puisque le jeune homme fait tout ce qu’il peut pour reculer son départ pour Oxford où veut l’envoyer sa famille. Un amour inconcevable pour l’époque. D’autant qu’une jeune fille du même milieu qu’Arthur a des vues sur lui. Je n’en dis pas plus sur l’histoire, qui est plus intéressante qu’il n’y paraît au premier abord mais qui m’a fait acheter le livre avec un zeste de suspicion d’une romance à deux balles.

Pourtant j’ai été agréablement surprise par l’aspect documentaire de ce roman où l’on apprend beaucoup sur l’Irlande du temps de la Famine. Béatrice Nicodème agrémente son récit de termes gaéliques dont elle explique la signification et de références à l’histoire irlandaise qui permet de comprendre le contexte du roman, pour le néophyte en la matière, grâce à des appels de note.
Vous saurez tout également sur les traditions irlandaises, qu’elles soient culinaires ou festives.  Le colcannon, « le fameux ragoût de pommes de terre, de navets et de poireaux dans lequel on cachait [à All Hallow Eve= la veille de tous les saints] une pièce de monnaie ».
On apprend que « Samain, l’ancienne fête celtique décrétée païenne des siècles auparavant [est] remplacée désormais par All Hallow’s Eve ». Pourtant Keira a tenu à « respecter la coutume de Samain » : « La nuit de Samain, les Celtes éteignaient tous les feux pour se plonger dans l’obscurité, symbole de la mort, afin d’entrer en contact avec ceux qui avaient déjà franchi le grand passage ».
Un beau voyage pour le lecteur.

La seule chose que je reproche à ce livre jeunesse, c’est qu’à force de vouloir le rendre riche en documentation, on a l’impression que l’histoire en elle-même a été un peu négligée. Dans ce premier volume, on ne comprend pas le titre de la série parce que l’anneau n’est pas du tout au centre de l’intrigue. Et Seamrog, qu’est-ce que ça veut dire ? Je ne me rappelle pas avoir lu l’explication.

Si les personnages sont relativement fouillés, on trouve que Keira se tire un peu facilement des guêpiers dans lesquels elle se met. Elle vole mais tombe aussi dans un guet-apens monté par sa rivale et s’en sort sans aller en prison. Et il suffit qu’elle s’explique pour qu’on la croit et qu’on lui demande « juste » de partir. Même pas de case prison. Un peu étonnant pour l’époque : « J’ai longtemps apprécié vos services, Keira, reprit Lady Winterbottom. Je tenais à vous le dire malgré tout. C’est pourquoi je propose de reporter votre départ à la fin du mois de mars. Cela vous laisse un mois et demi pour vous retourner, et vous évitera de vous retrouver sans travail au coeur de l’hiver. Si vous faites preuve de bonne volonté, je ne dirais rien à Lord Winterbottom. Vous éviterez ainsi le pire, la honte et la prison. » Cela m’a vraiment surpris comme attitude mais en même temps, les personnages ne sont pas complètement manichéen, ce qui est appréciable. Mais quand même…
J’ai trouvé un peu facile aussi de faire disparaître Arthur de l’intrigue.

Malgré tout, cette histoire ménage un bon suspense même s’il y a quelques invraisemblances à mon goût et l’écriture est agréable.

Un roman que j’ai apprécié avant tout pour le côté documentaire et donc l’ambiance. Je lirai le tome 2 qui sort en mars parce que je suis curieuse de voir comment ça rebondit et avoir peut-être l’explication sur le titre de la série.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’anneau de Claddagh tome 1 : Seamrog

  1. LadyDoubleH dit :

    Joli premier billet de l’année ! Ça me donne bien envie de le lire 🙂

    J'aime

  2. maevedonovan dit :

    Ca se lit bien et ca plaira aux irlandophiles.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s