Schroder

51sLWSekZJL

Traduit par Isabelle D. Philipp

Premier livre traduit en France d’Amity Gaige, je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec un titre aussi énigmatique que Schroder. Et puis quand je me suis rendu compte que le personnage qui s’empare du récit s’appelle Erik, j’ai même un très fugace instant pensé qu’il pouvait s’agir de l’homme politique homonyme. Mais non, heureusement, on est loin du récit d’une vie d’un homme politique !

Erik Schroder est en prison quand débute le roman. Il risque vingt-cinq ans de prison. Il n’a pas prononcé un mot depuis des jours. Son avocat lui a conseillé de tout raconter dans le journal que nous lisons, depuis qu’il a disparu avec sa fille Meadow, dans un road trip qui nous emmènera à un rythme effréné à proximité de la frontière avec le Canada. C’est un récit-confession, une lettre d’excuses de plus de trois cents pages que nous avons entre les mains, Erik est divorcé de sa femme Laura. Il connaît les « joies » de la garde alternée. Jusqu’au jour où il décide d’emmener sa fille en promenade avec lui, sans donner de nouvelles à sa femme. L’occasion pour lui de dire la vérité à Meadow, sur qui il est vraiment. Parce que Erik n’est pas qu’il a dit être.

Arrivé à l’âge de neuf ans aux Etats-Unis (« J’avais quatorze ans et je vivais aux Etats-Unis depuis cinq ans seulement. »), il a vécu à Dorchester, une banlieue populaire de Boston, avec son père, Otto qui a fui l’Allemagne de l’Est. Mais Erik falsifie son identité, se crée un personnage et se fait appeler Erik Kennedy. Il voulait un nom de héros et « à Dorchester, un seul homme pouvait prétendre à ce qualificatif. Un garçon du pays,un Irlandais persécuté, un demi-dieu. Il était aussi l’homme qui avait harangué sous les vivats la foule déprimée des Berlinois de l’Ouest en 1963″. Il a réécrit son enfance et son adolescence pour se faire résident américain d’une banlieue chic. Sa vie entière est fut un mensonge. Une réinvention de soi qu’il portera finalement comme un fardeau.

Ce roman n’est pas – heureusement – un récit sur les « joies » du divorce et la douleur d’un couple qui se déchire. Laura n’est pas présente, juste décrite par Erik comme quelqu’un qui n’est pas vraiment facile à vivre. Pourtant, on ne se dit pas : « Bon sang, il est gonflé ». Erik est un personnage attachant. C’est un homme blessé, qui porte comme une croix un sentiment de culpabilité mais surtout un amour sans commune mesure pour son enfant. Il sait qu’il ne ressortira pas intact de ce qu’il a fait, il sait que c’est une voie sans retour qu’il a emprunté et pour cela, il veut offrir le meilleur à Meadow, petite fille qu’il décrit comme surdouée. Leur chemin croisera celui de personnages haut en couleurs, comme April, une ex-star de variété vivant à présent en marge de la société, mais qui leur sauvera la mise. On lit avec délice ce récit de moments volés, de bonheur entre père et fille. On s’amuse aussi de la manière dont la petite fille fait parfois tourner son père en bourrique !

Amity Gaige se met dans la peau d’un homme avec une aisance bluffante. Elle démontre ainsi que les sentiments paternels et maternels se valent, que les sentiments maternels ne sont pas supérieurs aux sentiments paternels. Elle prend donc à contre-courant un certain puritanisme américain. Une plume poétique et efficace.
Seul bémol : les notes en bas de page, assez conséquentes, gênent parfois la lecture, au point qu’en fin de compte, on finit par ne pas les lire. Mais à part ça, j’ai vraiment aimé : on ne s’ennuie pas une seule seconde.

Je remercie les Editions Belfond.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature américaine, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s