14-14

1404-14-14_org

4e de couverture : « Adrien et Hadrien ont treize ans et habitent tous les deux en Picardie. Ils ont les mêmes préoccupations : l’école, la famille, les filles… Une seule chose les sépare : Adrien vit en 2014 et Hadrien en 1914. Grâce à une boîte aux lettres mystérieuse, les deux adolescents vont s’échanger du courrier et devenir amis.
Mais la Grande Guerre est sur le point d’éclater pour Hadrien et leur correspondance pourrait bien s’interrompre de façons dramatique… ».

Roman lu sans consulter la quatrième de couverture, juste inspirée par le titre et les lignes qui suivent, je pensais avoir affaire à un livre qui parlait de la guerre (« Centenaire de la Première Guerre mondiale »). Ce n’est pas tout à fait le cas, ou du moins, ce n’est pas ce qui occupe la majeure partie du texte. Il s’agit plutôt des préoccupations de deux adolescents à cent ans d’écart, avec leurs points communs et leurs différences.

Adrien a le coeur brisé par Marion qui en aime un autre. Il se met soudainement, suite à sa déprime amoureuse, à décrocher à l’école : mauvaises notes, mère inquiète etc. L’école, il se met à s’en fiche : à quoi ça sert ? . Pour Hadrien, au contraire, l’école est tout. Elle passe même avant Simone, sa « bonne amie ». Il veut être ingénieur. Mais son père s’y oppose. Pas question de poursuivre des études, il a besoin de lui pour tenir la ferme. Simone finit par prendre la mouche parce qu’il la délaisse trop à son goût…

Deux garçons du même âge mais à la vie si différente et au langage si éloigné. C’est d’ailleurs le langage qui va leur mettre la puce à l’oreille sur l’anomalie de leur correspondance. Adrien ne comprend pas pourquoi à l’heure des textos, son ami s’acharne à lui envoyer des lettres ! Hadrien ne comprend pas le vocabulaire de geek employé par Adrien. Alors, quand il lui dit que son père est en Chine….
C’est la confrontation des deux mondes qui est intéressant dans ce roman pour ado. La dimension fantastique ajoute une touche de suspense et en fin de compte, la résolution de l’intrigue sera : comment éviter à Hadrien d’être tué, lui, sa famille, ses amis. Comment arriver à lui faire prendre conscience de l’imminence de la guerre, parce qu’il n’arrive pas à y croire : il vit dans un lieu si paisible…

Néanmoins, il n’est pas question de la guerre en elle-même ni même des prémisses, de ce qui amène la guerre à éclater, de l’opinion des gens en 1914, etc. C’est ce qui m’a déçue et a donné à ma lecture un tour inattendu. Ce n’est pas un mauvais roman : il est bien écrit, original, doté d’une bonne dose de suspense et de fantastique. Mais avec une annonce comme « Centenaire de la Première Guerre mondiale », on pouvait s’attendre à voir la guerre surgir dans le texte de façon plus imminente et plus profonde. Finalement, ce n’est qu’une toile de fond un peu trop lointaine. Il y est davantage question des conditions de vie en 1914, de la maladie qui emporte facilement les enfants et de comment Adrien arrivera à modifier la destinée de son ami.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s