Les fantômes de Belfast

71whTvUsfGL.jpg

Traduit par Fabienne Duvigneau

4e de couverture : « Signé le 10 avril 1998, l’Accord de Paix pour l’Irlande du Nord a mis un terme à des années de guerre sanglante. Pourtant les anciennes haines n’ont pas totalement disparu. Depuis qu’il est sorti de prison, Gerry Fegan, ex-tueur de l’IRA, est devenu dépressif et alcoolique. Il est hanté par les fantômes des douze personnes qu’il a assassinées et ne connaît plus le repos. Le seul moyen de se débarasser de ces ombres qui l’assaillent est d’exécuter un par un les commanditaires des meurtres. Dont certains sont aujourd’hui des policiens en vue dans la « nouvelle Irlande ». Gerry Fegan est devenu dangereux, il faut s’en débarasser. Une double chasse à l’homme commence… » 

Si vous aimez les histoires de fantômes, je ne peux que vous encourager à lire ce thriller nord-irlandais. Vous ne serez pas déçus pour les émotions fortes !

Gerry Fegan est un ancien de l’IRA, qui après avoir tué douze personnes et des années de prison à Maze, a rangé les armes et son engagement pour « la cause ». Pourtant, ses victimes se mettent à le hanter, elles hurlent leur douleur et ne lui lâchent plus les baskets ni la tête. Douze fantômes lui demandent justice, c’est-à-dire la mort des vrais assassins : ceux qui l’ont manipulé et payé pour effectuer la basse besogne. Gerry se dit qu’en faisant ce qu’ils lui demandent, il retrouvera la paix. Chaque fantôme désigne au fur et à mesure son bourreau. Et quand il ne comprend pas, Gerry les interroge. Les cadavres s’amoncellent parmi les membre de l’IRA encore actifs, des petites frappes, de la pourriture nauséabonde, appâtée par une place au soleil pour ceux qui sont restés dans l’ombre, ou par toujours plus de pouvoir et d’argent pour ceux qui ont intégré la scène politique nord-irlandaise.

En effet, nous sommes en 2007, 9 ans après les accords de paix de 1998. Tout semble en voie de pacification, c’est du moins la version officielle qu’entretiennent les membres du gouvernement quel que soit leur camp. La paix c’est côté scène, avec strass et paillettes ou presque. Mais côté jardin, c’est moins rutilant…

Autant vous dire tout de suite, Sutart Neville ne fait pas dans la dentelle. Il signe ici un polar cinglant, violent, dérangeant, le tout dans une atmosphère paranoïaque étouffante. Pourtant, une fois entamé, on ne peut plus lâcher ce roman au rythme effréné et au suspense haletant.
Le romancier dresse un portrait de l’IRA qui brise l’image angélique qu’on pourrait en avoir. Ici ce ne sont que racaille et compagnie qui n’hésitent pas à régler leur compte entre eux. A tel point qu’ils ne s’aperçoivent même pas qu’il y a une vraie taupe parmi eux : un vilain Ecossais !

C’est un portrait inquiétant qui est fait ici de l’Irlande du Nord où la scène politique ressemble à un panier de crabes. Pourtant, à sa manière bien singulière, ce thriller est aussi une hymne à la paix.
Gerry veut justice et vérité. Tout comme Marie McKenna, nièce du premier type de l’IRA que Gerry abat. Parce que autrefois elle a eu une liaison avec un flic de la RUC * (et un enfant… même si la paternité reste à prouver !), elle a été rejetée par sa famille et sa communauté, qui a estimé que c’était un acte de trahison. Quant à Gerry, sa mère lui a fermé sa porte à tout jamais,  pour les gens qu’il a assassinés autrefois. Marie et Gerry se retrouvent pris en chasse.
Autant dire que ces deux personnages incarnent une nouvelle Irlande du Nord, celle des gens qui aspirent maintenant à la paix et au bonheur après plus de trente ans de conflit. La fin du roman leur laisse cet espoir. D’autant que les « vilains pas beaux » du roman finissent tous par mourir. Ils sont d’un autre âge, celui dont on ne veut plus entendre parler.

J’ai particulièrement apprécié la forme originale qu’emprunte ce roman qui frôle avec le fantastique, surtout dans la première partie du récit. J’ai moins apprécié la très longue scène sanglante qui se déroule dans la grange du patriarche de l’IRA, O’Kane (on finit par se demander où sont passés les fantômes, d’ailleurs!). Un peu plus courte, elle aurait été aussi efficace !

Mais en tout état de cause, Stuart Neville signe ici un thriller remarquable qui va certainement me hanter pendant un bon moment !

Je laisse la dernière phrase à Gerry observant Ellen, cinq ans, la fille de Marie : « Il pensa qu’une fois adulte, elle n’aurait jamais à subir la peur, terrible, incessante, qui avait étouffé cette ville pendant plus de trente ans ».

* RUC = Police royale d’Ulster qui recrutait essentiellement dans la communauté loyaliste et protestante.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature nord-irlandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s