Le Dramaturge

411+G2zdm4L

Traduit par Pierre Bondil

4e de couverture : « L’impossible s’est finalement produite. Jack ne se drogue plus, ne boit lus et sort même avec une femme de son âge. Certains vont jusqu’à prétendre l’avoir vu à la messe… On peut toujours rêver ou se mentir à soi-même, la vérité ne tarde pas à vous rattraper par le colback pour vous ramener à elle d’un coup sec. D’autant que, si Jack ne tente de s’amender, le monde, lui, ne change pas. Un mari jaloux lui démonte le genou à coups de crosse, des flics désinvoltes l’accusent d’un meurtre qui les arrange et deux étudiantes sont retrouvées mortes coup sur coup. Trop c’est trop. Sans alcool, la cinquantaine venue, Jack oscille de nouveau au bord du gouffre. Personne n’ira lui faire croire que les emmerdes puissent d’un seul coup tomber si serrées sans qu’il y ait de lien entre elles. Jack le sait. Un tarés s’amuse dans l’ombre. »

Voici mon troisième rendez-vous avec le détective privé Jack Taylor, ancien garda viré pour alcoolisme et autres frasques. A vrai dire j’ai commencé à lire les aventures de ce héros des temps modernes (c’est-à-dire tout sauf parfait) dans le désordre. C’est ici le troisième tome de ses aventure dans la jolie ville de Galway, ou plutôt une Galway tel qu’un touriste ne pourra jamais l’observer. Le Dramaturge précède La Main droite du diable, où, rappelez-vous Jack sortait d’un asile psychiatrique suite au décès de la fille d’une amie, tombée par la fenêtre alors qu’il en avait la garde.

Dans le présent volume, on ne reconnaît plus notre alcolo de Jack : il carbure maintenant à l’eau du robinet et au yaourt. Il a même décidé de laisser sa vie de détective privé au vestiaire pour un moment. Seulement voilà, un ancien indic dealer emprisonné le supplie de se renseigner sur le meurtre de sa soeur, étudiante retrouvée assassinée. Le meurtrier a l’air de s’y connaître en littérature irlandaise puisqu’il a laissé au pied de la victime un livre de John M. Synge. Jack se laisse convaincre à contrecoeur de s’occuper de cette affaire. Sans une goutte d’alcool. Avec parfois son ex-collègue « boulet », la ban garda, Brid, qui ne supporte pas qu’on l’appelle par son nom anglicisé, mais seulement par son nom irlandais : Ni an Iomaire. Cela va sans dire que Jack se fait une joie d’écorcher son nom à la moindre occasion…

Comme dans tous les romans noirs de Ken Bruen mettant en scène Jack Taylor, l’intrigue passe quasiment au second plan car Jack n’a de cesse d’observer ce qui se passe autour de lui, cette Irlande qui change et ses répliques font mouche :

« Dans le catalogue irlandais du crime, se prendre pour plus important qu’on n’est est gravissime. »

« De mon temps un policier savait regarder de l’autre côté quand on lui tendait un pot de vin, mais aujourd’hui ils ont perdu tout respect d’eux-mêmes. »

« Le type qui tripote son alliance, il a des besoins sexuels au-dessus de la moyenne. »

« La journée était radieuse. Je m’arrêtais un moment à Eyre Square où l’herbe était envahie de gens qui se doraient au soleil. Avant le soir, ils seraient rouges, couverts de cloques. La rançon globale d’un été irlandais. »

Jack enterre sa mère mais n’en a pas moins à l’oeil de prêtre qui lui avait mis le grappin dessus. Parce que l’Eglise est définivement coupable des pires crimes à ses yeux. Ken Bruen y reviendra d’ailleurs dans La main droite du diable, comme il l’avait fait avec Le martyre des Magdalènes.

Les romans noirs de Ken Bruen sont de la même veine que ceux d’Henning Mankell, auquel le romancier irlandais fait un clin d’oeil par une référence au Guerrier solitaire. Des clins d’oeil, il y en a en quantité d’ailleurs, notamment aux auteurs de romans noirs américains. Mais là, je ne suis pas assez calée pour vous en causer !

Les aventures de Jack Taylor plairont aux fans de Mankell, Rankin, Indridason etc. C’est de la même veine délicieuse !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature irlandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s