Le crime du comte Neville

 

notomombPetite

Un jour le comte Neville cherche sa fille qui a mystérieusement disparu. Il la retrouve chez une voyante qui, par la même occasion qui prédit qu’il tuera un invité lors de sa dernière garden-party. Le comte, qui se prénomme Henri, crie à la foutaise, récupère sa fille qui s’appelle Sérieuse. Ambiance ! Il tente d’instaurer le dialogue avec Sérieuse pour savoir ce qui l’a pris d’aller dormir en pleine forêt. Sérieuse lui dit en avoir tout simplement qu’elle en avait envie, sans plus d’explication. Sérieuse est un personnage mystérieux : à l’âge de douze ans et demi très exactement, elle est passée de l’état d’une gamine pleine de joie de vivre à son contraire. Elle avoue à son père qu’elle a entendu sa conversation avec la voyante et qu’elle a la solution à son problème : au lieu de tuer un ou une invité(e), Henri n’a qu’à la tuer elle!  Bien évidement le père s’épouvante encore davantage. Tuer un invité était déjà une chose totalement inconcevable pour lui (on le comprend !) mais tuer sa fille, c’est à se demander si celle-ci n’est pas complètement « frappée ». On se retrouve en pleine tragédie racinienne avec des allusion à Iphigénie, Agamemnon etc. Sans compter que pour frère et soeur, Sérieuse a Oreste et Electre.

Amélie Nothomb nous immerge au coeur de la noblesse belge au bord du gouffre financier et psychique. Le roman commence comme un conte, avec d’ailleur une allusion à Oscar Wilde explicite : celui du Crime du lord Arthur Savile (que je n’ai pas lu). Mais aussi à Rimbaud et Radiguet. Mais pour moi, cela s’arrête là et je me suis bien ennuyée avec ce bouquin. Autant ennuyée que je me suis amusée et vraiment éclatée avec le truculent Pétronille.

Reste quelques phrases bien trempées qui font que j’apprécie Amélie Nothomb depuis toujours :

« Pourquoi a-t-on inventé l’enfer alors qu’il existe l’insomnie ? »

« Sa pire terreur demeurait que le Pluvier soit racheté par une chaîne de fast-food qui raserait les vieux murs et la forêt pour construire un restaurant, un parking, et une aire de jeux à la gloire de Disney. »

« Dans tout roman honorable, quand un fusil est mentionné, il faut qu’il serve. »

Servira-t-il ? Toute l’intrigue repose sur : le comte va-t-il tuer un invité ? Puis le comte va-t-il tuer sa fille ? (parce que la bougresse finit par tellement lui taper sur les nerfs que… )

Un portrait au vitriol de la noblesse belge aux abois qui aurait pu être sympa si tout cela était un peu plus étoffé (ou moi peut-être un peu plus cultivée pour ressentir tous les palimpsestes cachés derrière ce texte. Il est d’ailleurs beaucoup questions de « ressentis » dans ce roman qui m’a laissée de marbre. Et ça me fend le coeur.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature belge, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s