L’apache aux yeux bleus

cover

Herman, 11 ans, alias « tête de pioche », vit près du village de Squaw Creek, Texas. La maison est entourée de champs de blé. Il n’est pas recommandé de s’éloigner au-delà tout seul. Nous sommes en 1870. La rumeur dit que les Apaches rodent dans le coin. Mais Herman est têtu : parce qu’un corbeau mange le blé en herbe, il décide d’aller le « scrabouiller ». S’en fiche des Apaches. Jusqu’au moment où il entend dans son dos le galop d’un cheval. Trop tard. Même en courant. Des hommes aux visages peints d’une bande blanche et aux cheveux longs lui sautent dessus. Sa vie va changer à tout jamais. Il est enlevé, devient d’abord l’esclave des Apaches puis découvre qu’il est en fait le cadeau offert à la femme du chef de clan…Il est adopté par la tribu des Mescaleros, après avoir réussi avec brio le test de bravoure : ben oui, une tête de pioche apache, ça n’a peur de rien, ça ne pleure jamais, ça mange du foie cru sans chouiner et ça sait monter sur son cheval au galop !  Herman devient En Da, le « garçon blanc » apache. Chiwat devient son ami et frère. Pourtant, il n’aura pas que des alliés dans le clan: il y a le shaman qui ne l’aime pas. Il y a aussi un Comanche et des Texas Rangers qui feront irruption dans sa vie pour la chambouler de nouveau…

Incroyable récit d’aventures qui vous embarque loin, jusque dans le terrible désert des Llanos. Un sacré road trip ! Une histoire qu’on aurait du mal à croire, si on ne savait pas qu’elle est vraie et tirée des Mémoires qu’a écrit Herman et de ce que Chiwat a raconte à ses enfants. Tous les personnages ont existé.

Une page d’Histoire sur la guerre des territoires que se livrent Apaches et Texas Rangers, où l’on apprend que les Comanches étaient souvent à la solde de ces derniers. Ils ont pour ennemis les irréductibles Apaches. Irréductibles, jusqu’au jour où ils sont vaincus et parqués dans des réserves d’où ils ne pourront plus sortir. Une sorte d’Apartheid à la sauce américaine qui est toujours d’actualité, hélas !  La fin de l’histoire à cet égard est poignante.
« On va nous entasser dans des réserves et nous distribuer des rations tous les jours, comme à des bébés », explique Chiwat à son frère adoptif. Seul moyen pour les Apaches d’éviter l’extermination pure et simple. Mais à quel prix ! Dès lors, Herman-En Da se sentira investi d’une mission jusqu’à la fin de ses jours.

L’autre chose la plus incroyable est l’oubli de ses racines. Franchement, si je ne savais pas que c’était une histoire réelle, j’aurais trouvé un manque de vraisemblance au récit. Herman a 11 ans quand il est enlevé et restera 9 ans chez les Apaches. Comment peut-on tout oublier ? C’est à la fois stupéfiant, effrayant et fascinant.

Une très belle lecture qui donne envie de se plonger dans les écrits indiens et qui m’a rappelé mon séjour au Québec dans une tribu indienne… Ok, je n’ai pas mangé du foie cru, et je ne suis pas monté sur un cheval au galop (juste fait du canot, écouté un conteur hors pair la nuit tombée et dormi avec des sauterelles géantes… :p)  mais ces Indiens du Nord avaient beaucoup à nous raconter sur la souffrance et la survie de leur peuple. On sentait bien que ce n’était pas pour faire du folklore pour touristes mais pour faire passer un message…

149730_455542794349_6001970_n
(Photo prise par moi-même à Québec 🙂 )

Merci à Flammarion Jeunesse

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s