Mort en été

819g3cXli1L.jpg

Traduit par Michèle Albaret-Maatsch

4e de couverture : « Dublin, 1952. Dirk Jewell, le propriétaire du Daily Clarion, quotidien de la ville, est retrouvé mort chez lui, un fusil dans les mains. Appelés sur les lieux du drame, Quirke, le légiste tourmenté, et Hackett, l’inspecteur qui l’aide sur tous ses mauvais coups, constatent qu’il ne s’agit pas d’un suicide, mais d’un meurtre. L’homme était marié et père d’une fillette, richissime, très influent, redouté, jalousé, peu populaire, bref, voilà un meurtre entouré d’autant de suspects que de mobiles potentiels. Dès sa première rencontre avec les proches de la victime, Quirke est troublé par l’énigmatique veuve, par sa solitude, son mystère, sa froideur, son charme. Cette attirance va l’entraîner sur un chemin que sa conscience aurait dû lui interdire de suivre, et sérieusement compliquer l’enquête… »

Quatrième rendez-vous avec l’attachant Docteur Quirke, qui n’est pas un George Clooney dublinois, mais un médecin légiste adorablement bourré de défauts. Ayant largement trop abusé de la bouteille dans le volume précédent, il a renoncé à l’alcool après une cure de désintoxication. N’empêche, Quirke n’a pas besoin de boire pour endosser un rôle, devenir un autre personnage : celui du détective privé. C’est la mort du magnat de la presse dublinoise, Richard Jewell, surnommé très poétiquement Diamond Dick Jewell, c’est-à-dire en gros « Diamond du Gland de mes bijoux de famille »
Ce qui pique la curiosité de Quirke et le mènera sur une pente glissante, c’est qu’aucun membre de la famille ne semble attristé par la mort de cet homme à la réputation sulfureuse. Malgré l’avertissement de sa fille Phoebe, notre bon vieux docteur se lance dans une enquête parallèle à celle son ami l’inspecteur Hackett, parce qu’il croit au meurtre et non au suicide. La police est une peu trop molle du genou à son goût !

En parlant de genou, on ne peut pas dire que Quirke soit très sage. Il est complètement scotchée par Françoise d’Aubigny, la veuve de Dirk Jewell, une Française et fait fi d’Isabel Galoway. Mais non content de mettre sa vie sentimentale sens dessus dessous, il tente même d’y entraîner Phoebe qu’il voudrait bien voir se caser avec son collègue, le jeune David Sinclair.

Si dans La disparition d’April Latimer, Benjamin Black mettait en scène un noir à Dublin, ici, il présente une autre minorité et tout le mystère et les préjugés qu’elle suscite dans l’Irlande des années cinquante : le juif, avec les personnages de David Sinclair et de la famille Jewell.

On retrouve aussi les thèmes chers à Benjamin Black : la maltraitance enfantine, la perte d’identité, la famille disloquée, le secret de famille. La résolution de l’énigme fera une fois de plus du coupable avant tout une victime. On devine d’ailleurs un peu trop vite qui est coupable de la mort de Richard Jewell, même si la raison de ses actes est savamment gardée jusqu’au bout.

Un roman noir agréable à lire même si cette fois j’ai trouvé que c’était un peu moins prenant que dans les précédents volumes.

L’autre défaut (indépendant du talent de l’auteur)  est que la parution des tomes en France est trop espacée : du coup on a du mal à se rappeler ce qui s’est passé auparavant. Mieux vaut avoir pris des notes car les principaux protagonistes évoluent.

Enfin, le personnage de la femme française est tellement caricatural que cela en est presque comique . Je ne vois pas Benjamin Black ne pas le faire volontairement, mais je ne vois pas ce que cela apporte à l’intrigue puisque ce n’est même pas drôle cette femme fatale face au médecin tourmenté.

J’attends mieux du tome 5. Et dommage pour le doigt de David…
En tout cas, je veux savoir quelle sera  la prochaine bêtise de Quirke !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature irlandaise, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s