La maîtresse de mon amant

41F9KTQB0JL__SL160_AA160_

Traduit par Michèle Valencia

4e de couverture : « Quand Marcus, jeune architecte au charme mystérieux, lui propose de partager son loft londonien, Lily accepte sans hésiter. Mais, dès son arrivée, elle éprouve un sentiment de malaise. L’appartement garde les traces de l’ex-petite amie de Marcus, brutalement disparue. Intriguée, Lily cherche à percer ce mystère. L’image de cette rivale la hante, la poursuit. »

Ce roman est divisé en quatre parties. Dont la première se situe avant la « révélation ». Et c’est la plus réussie. Maggie O’Farrell arrive à distiller un suspense infernale qui fait avaler les cent quatre-vingt-deux pages en un rien de temps. On se dit que l’on tient là un « page-turner » fascinant. Maggie O’Farrell adopte là le point de vue de Lily la nouvelle colocataire et aussi petite-amie de Markus, un bellâtre que l’on sent tout de suite trop propre sur lui pour être tout à fait honnête, surtout quand il affirme que Sinead, son ex, n’est « plus de ce monde ». Troublée Lily mène l’enquête, jusqu’à friser la folie. Le récit est à ce stade proche du fantastique et le lecteur ne sait plus trop à quel saint se vouer. Lily a-t-elle perdu la tête, est-ce la jalousie qui lui fait voir Sinead partout dans l’appartement et dans une librairie…

Soudain, au bout de ces 182 pages, THE révélation (que je ne peux évidemment pas dévoiler). Et THE catastrophe pour la suite du roman  (que je ne peux pas non plus dévoiler) qui tombe dans une platitude décevante. Plus de suspense. Et surtout une évidence tellement énorme qu’on se demande à quoi servent les trois autres parties du livre : Marcus est un coureur de jupons et un goujat de première. Bref, tout ça pour ça. Sans surprise finale, même dans le bush australien, qui frôle l’invraisemblance.

Une déception donc. Dommage. Parce que c’est pourtant sublimement écrit et j’ai vraiment apprécié la manière dont elle décortique chaque geste, chaque micro-événement.

Cette édition est épuisée. Peut-être la trouverez-vous en bibliothèque ou sur les sites de livres d’occasion.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature nord-irlandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s