Cet été-là

51fHX8-xLOL

Traduit par Bruno Boudard

4e de couverture : « Nous sommes à Rathmoye, petite ville d’Irlande, dans les années 1950. Lors des obsèques de la vieille et riche Mrs Connulty, Ellie, seconde épouse du fermier Dillahan, aperçoit aux abords de l’église un drôle de personnage qui photographie l’événement. Les endeuillés, le cortège, le cimetière… Florian Kilderry attire les regards, suscite la curiosité des indiscrets, mais lui n’a d’yeux que pour Ellie. L’amour s’empare d’eux. Ellie crois qu’elle va rompre avec la monotonie de sa vie, avec la tendresse sans relief et pourtant sincère de son époux. Mais Florian, jeune homme depuis peu orphelin, ne songe qu’à quitter l’Irlande. Il n’est que de passage…
Cet été-là est sans doute l’un des plus beaux romans de William Trevor, avec En lisant Tourgueniev. »

William Trevor prend le temps de poser le décor de son roman : pendant une centaine de pages, il ne se passe rien, mis à part l’irruption de Florian Kilderry dans la vie monotone des habitants d’un petit village irlandais. Florian n’a rien fait de mal, juste pris des photos lors des obsèques d’une dame bien riche, Mrs Connulty, qui laisse deux orphelins, de grands enfants qui continueront à tenir la pension sans elle. Grâce à Miss Connulty, on sent rapidement que les cancans vont bon train dans ce trou perdu où les villageois ont une vie morne, avec des habitudes bien ancrées. Dès le début je n’ai pas aimé cette Miss Connulty : c’est bien la commère de l’histoire, celle qui brode alors qu’elle n’a pas vu grand chose, si ce n’est Florian marcher à côté d’Ellie Dillahan, une orpheline épousée par un fermier veuf dont elle était la domestique. Pendant tout le roman, on frissone pour cette pauvre Ellie à cause de cette bonne femme…
Parce qu’effectivement, Ellie aura une aventure, celle d’un été, avec Florian, elle qui a épousé un fermier non pas par amour, mais parce que c’était une opportunité : qui voudrait d’une orpheline ? Cet homme est doux et attentionné, donc Ellie n’est pas malheureuse. Elle a juste la vie très monotone d’une fermière. Florian va bouleverser tout cela .

Au début, on se méfie aussi de Florian, puisqu’on sait par avance, contrairement à Ellie, qu’il va quitter définitivement l’Irlande. Né d’une mère catholique italienne et d’un père irlandais protestant, on se demande si, finalement Miss Connulty a raison, si c’est un « oiseau de mauvais augure ». Mais « comment peut-on traiter quelqu’un d’oiseau de mauvais augure, quand on ne le connaît pas ou qu’on ne sait rien de lui ?« .

William Trevor, après avoir soigneusement planté le décor et brossé un portrait non dégrossi de ses personnages, amène le lecteur à voir au-delà des apparences et laisse le trio amoureux dévoiler ses blessures. Chacun d’entre eux est hanté par les fantômes de leur passé respectif.

Les personnages sont attachants. Ellie et Florian sont réellement amoureux mais la rupture, cette épée de Damoclès qui pèse sur tout le roman (avec comme pendant le risque du scandale), ne finira pas tout à fait comme on aurait pu s’y attendre au début du roman, même si elle a bien lieu : pas de tragédie déchirante, pas de pathos mais plutôt un sentiment de tranquillité retrouvée.

J’apprécie le style très lent et tranquille de William Trevor, son souci du détail et, surtout, toute la poésie de sa plume.

Je confirme la réputation qui suit William Trevor depuis 1958 : c’est un très grand écrivain irlandais !
Originaire des environs de Cork, il est protestant et vit à Londres depuis 1954. L’Italie semble le fasciner car elle hante nombre de ses romans, dont celui-ci, qui pourtant qui sent bon la campagne irlandaise.

Merci aux éditions Phébus pour le livre.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature irlandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s