Sans laisser de traces

imagesCA6WPQHW

Traduit par Matthieu Farcot

4e de couverture : « L’affaire paraissait insoluble à l’époque : une riche héritière et son fils kidnappés en Ecosse, une remise de rançon catastrophique aboutissant à la mort de la femme et à la disparition de l’enfant. Malgré l’indice découvert vingt-cinq ans plus tard, Karen Pirie, l’experte en cold cases en charge du dossier, a donc peu d’espoirs de résoudre la célèbre énigme. Une autre affaire classée occupe déjà l’esprit de la détective : en 1984, au plus fort de la grève des mineurs qui divisait le Royaume-Uni, un gréviste avait disparu sans laisser de traces, abandonnant les siens. Mais de nouveaux éléments suggèrent qu’il ne s’agissait pas d’une simple désertion. A mesure que les enquêtes avancent, Karen va de révélation en révélation et s’enfonce toujours plus loin dans les labyrinthes du mystère… La reine incontestée du thriller psychologique joue avec nos nerfs dans un suspense démoniaque. « 

Deux intrigues, deux héroïnes (l’inspecteur Karen Pirie et Anabelle Richmond, journaliste), deux lieux d’action (le Fife écossais et la Toscane italienne), deux époque (1984-85 et 2007). On pourrait se dire que c’est risqué. Et pourtant, à la fin, tout se tient d’un bloc, d’une logique implacable, d’une cohérence parfaite. Un roman complexe et fouillé.

Il faut dire que Val McDermid, Ecossaise petite-fille de mineur, connaît son sujet. Et comme elle le dit elle-même, c’est sans doute son roman noir le plus intime, même si les personnages sont fictifs. Elle dédit d’ailleurs son livre à ses grands-parents :
« Ce livre est dédié à la mémoire de Meg et Tom McCall, mes grands parents maternels. Ils m’ont montré ce qu’est l’amour, ils m’ont enseigné l’esprit de communauté, et ils n’ont jamais oublié l’humiliation que l’on ressent à faire la queue à la soupe populaire pour nourrir ses enfants. Grâce à ceux, j’ai appris à aimer la mer, la forêt, et les livres d’Agatha Christie. Une dette non négligeable », écrit-elle.

En 1984-1985, les mineurs britanniques sont en grève, Thatcher les méprisera. C’est à cette époque que l’un d’entre-eux, Mick Prentice, disparaît, abandonnant sa femme et sa fille. A l’époque, tout le monde pense qu’il a trahi la communauté et qu’il est parti avec les « jaunes » (ceux qui ont abandonné la grève et ont quitté les lieux) à Glasgow. Pourtant, alors que tout semble accâbler un syndicaliste, au fur et à mesure, les pistes se multiplient puis se resserrent comme un étau autour du disparu lui-même…
Parallèlement, Bel Richmond, journaliste en vacances en Toscane, fait une découverte dont elle comprend rapidement qu’elle peut bouleverser sa carrière car elle renvoie à une affaire non élucidée : celle des circonstances du meurtre de Catriona  Maclennan Grant, jeune et très belle héritière de la plus grosse fortune d’Ecosse et de l’enlèvement de son fils. Le père de la belle n’est autre que  l’entrepreneur et promoteur immobilier Sir Broderick Maclennan Grant. Un nom aussi connu que Berlusconi en Italie.

L’ensemble peut paraître sombre comme la tourbe, mais ce n’est pas le cas. L’amour est très présent dans ce roman et les meurtriers ne sont pas des psychopathes sanguinaires. Juste des gens pris dans une spirale infernale. Val McDermid réinvente ici les codes du roman noir  à la Agatha Christie en ancrant sa fiction dans un contexte social fort, comme souvent dans ses romans. Elle démonte et analyse chaque rouage de la machine infernale.

J’ai aimé le personnage de l’inspectrice Karen, une femme qui lutte comme une tigresse dans un univers de macho, malgré les bâtons dans les roues que lui tend un chef qui la déteste. Une héroïne qui a une faible pour les bons petits plats que l’écrivain décrit à merveille  :
« Devant elle reposait un pithiviers de filet de pigeon parfaitement présenté, entouré de toutes petites pommes grenailles et d’une tour de minicarottes et de minicourgettes rissolées. Le Laird’o Wemyss était plus qu’à la hauteur de sa réputation. » On en mangerait !!
L’héritière tuée des années auparavant est une femme libre, malgré sa condition privilégiée. Elle sait ce qu’elle veut : vivre une vie d’artiste et vivre avec qui elle souhaite, quand elle le souhaite, quitte à contrer les siens. La journaliste Bel est par contre trop ambitieuse (le style à avoir les dents qui rayent le parquet) pour être totalement sympathique.
Val Mcdermid creuse ses personnages au-delà des apparences et bouleverse les idées reçues et les préjugés. C’est aussi le côté intéressant du livre.

Enfin, c’est un roman noir qui a l’accent du Fife écossais (Newton of Wemyss,  East Wemyss, Kirkcaldy – où Val McDermid a passé son enfance), et où le lecteur se promène sur ses plages et dans ses grottes, entre quelques escapades en Toscane.

C’est sans doute le roman le plus accompli de Val McDermid que j’ai lu jusqu’ici.

Seul bémol du livre : sa couverture du livre en édition française.  C’est en fait celle d’un autre roman de Val McDermid : 🙂

trick

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature écossaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sans laisser de traces

  1. 22anjelica dit :

    j’ai beaucoup aimé aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. maevedonovan dit :

    Val McDedermid est très habile dans la construction de ses intrigues.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s