Ainsi saigne-t-il

41F737VGQML

Traduit par Isabelle Maillet

4e de couverture : « La police a pris en chasse deux adolescents qui prétendent avoir enlevé la fille du maire d’Edimbourg. Acculés, ils se jettent d’un pont sous les yeux de l’inspecteur John Rebus. Hanté par cette image, Rebus tente de retrouver la jeune fille disparue et d’en savoir plus sur les deux jeunes gens. C’est alors que survient un second suicide, spectaculaire et encore plus suspect…
Une enquête qui conduit l’inspecteur Rebus au coeur de la machine politique écossaise et de la raison d’Etat. »

Autant dire que l’intrigue est assez complexe mais en fait, on s’en fiche. Tout l’intérêt des aventures de Rebus étant de traîner avec lui en Ecosse, et surtout, comme ici, à Edimbourg qu’il connaît comme sa poche. Rappelez-vous aussi que notre inspecteur est un coureur de jupons… Aux dernières nouvelles, il était avec le Docteur Patience, dont il squattait l’appart. Mais déjà, ça sentait le roussi. Eh bien, il est maintenant de nouveau célibataire et a troqué sa nénette contre quelques bouteilles de whisky et tournées de pubs monstrueuses. Sans doute pour oublier, entre autres, qu’on lui colle comme supérieur hiérarchique direct, Gil Templer, une autre de ses ex… Le superintendant (« le Pequenot ») décide même de lui octroyer des vacances d’office car, à fourrer son nez partout, Rebus met en danger le commissariat lui-même, du moins les boeufs-carottes de tous poils. Seulement Rebus ne fait évidemment jamais ce qu’on lui conseille !

D’autant que les cadavres tombent comme des petits pains dans cet épisode et qu’en plus ce sont des suicides ! Un conseiller de District à l’attitude étrange et c’est tout un réseau de manipulations à grande échelle que démonte Rebus, ou comment la cupidité poussent certains à n’avoir d’yeux que pour le fric, jusqu’à se prendre eux-mêmes les pieds dans les mailles du filet.

« Vous avez une idée de l’échelle des fraudes perpétrées sur le continent européen ? Un plan de formation bidon pour des pilotes de ligne à Naples a rapporté dix-sept millions de livres. Des productions agricoles et des animaux font la navette de part et d’autres des frontières et une taxe est prélevée à chaque passage. »

Autant dire que le coeur de cette fiction résonne avec certaines actualités récentes… (Ce roman a pourtant été écrit en 1995).

Avis aux amateurs de bons polars et de répliques qui font mouche, parce que Rankin a le don de l’humour noir grinçant aussi bien que de l’humour tout court ! J’ai juste regretté que les fameuses répliques qu’on n’oublie pas, soient moins présentes dans ce volume.

Mais n’oubliez pas que ce qui déglingue Rebus, « c’est de faire la tournée des bars pendant quarante-huit heures ». Donc, voilà, sans doute n’était-t-il pas au mieux de sa forme. Mais une lecture jubilatoire malgré tout !

Les enquêtes de l’inspecteur John Rebus :

  1. L’étrangleur d’Edimbourg  (lu)
  2. Le fond de l’enfer (lu)
  3. Rebus et le loup-garou de Londres (lu)
  4. Piège pour un élu (lu)
  5. Le Carnet noir (lu)
  6. Causes mortelles (lu)
  7. Ainsi saigne-t-il (lu)
  8. L’Ombre du tueur
  9. Le Jardin des pendus
  10. La Mort dans l’âme
  11. Du fond des ténèbres
  12. La colline des chagrins
  13. Une dernière chance pour Rebus
  14. Cicatrices
  15. Fleshmarket Close
  16. L’appel des morts
  17. Exit Music
Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature écossaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s