Le liseur

41BVGJD0M6L__SS500_

4e de couverture : « A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d’une femme de trente-cinq ans dont il devient l’amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l’un de leurs rites consiste à ce qu’il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de des études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l’insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais. Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : « Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j’aurais moins bien su camoufler que les autres ?  » « 

J’ai lu ce livre au moment même où sortait le film sur les écrans de cinéma. Volontairement j’ai décidé de ne pas voir le film, avant d’avoir lu le livre comme souvent.

Ce livre m’a littéralement soufflée. Tant par sa dimension philosophique que par son écriture. Pourtant rien n’était gagné d’avance : la 1ère partie m’a rendu méfiante car elle est entièrement consacrée à la rencontre amoureuse entre Michaël, adolescent de 15 ans et Hanna qui a plus du double de son âge. Je me disais : mais où veut me mener Bernhard Shlink ? Les 2 personnages occupent le devant de la scène à outrance jusqu’au moment où Hanna disparaît, du jour au lendemain. Stupeur de Michaël et du lecteur ! Qwwa ?? C’est quoi ça ? J’ai trouvé cette femme étrange et peu sympathique.

La 2e partie s’ouvre sur l’humiliation ressentie par le héros, sa souffrance et son interrogation. Il ira de surprise en surprise, comme le lecteur qui ignore comme lui le secret d’Hanna (personnellement je l’ai deviné assez vite). La stupeur devient totale quand il découvre que son amour s’était engagée… dans les SS lors d’un procès contre les criminels de guerre nazis !! Glurps ! On en reste sans voix.

Je ne veux pas en dévoiler davantage et surtout pas la fin, qui vous laisse les larmes au bord des yeux. A lire absolument si vous ne l’avez pas déjà fait. Un livre dont je vais me souvenir longtemps, d’autant plus que je l’ai lu peu de temps après avoir visité les camps d’Auschwitz et Birkenau. Expérience mémorable s’il en est.

Bernhard Schlink pose des questions qui dérangent sans y répondre, en laissant le lecteur à même de juger.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature allemande, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le liseur

  1. 22anjelica dit :

    Ce livre lu il y a bien longtemps fait parti de mon TOP. Il m’a longtemps poursuivi…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s