La fille de l’Irlandais

514ZTos60ZL

4e de couverture : « Eve, petite fille rousse et délurée, est recueillie par ses grands-parents à la mort soudaine de sa mère, dans un village au cœur du pays de Galles. À cause de sa chevelure rousse indomptable, elle doit faire face au mépris et à la méfiance. Mais lorsqu’une enfant disparaît mystérieusement, la vie des villageois bascule : enquête, soupçons et mensonges deviennent le quotidien. Au milieu de cette effervescence, Eve, perdue, tente de percer les secrets de sa vie et de sa naissance. Dans ce roman, les pièces du puzzle s’imbriquent progressivement pour former un magnifique conte d’innocence perdue. »

Evangeline, petite fille au prénom bien trop long à son goût, perd subitement sa mère. Elle quitte Birmingham pour le Pays de Galles. Elevée par ses grands-parents, de père irlandais inconnu, la petite fille de huit ans rencontre une certaine Rosie qu’elle va d’emblée détester car bien trop crâneuse et maniérée à son goût, mais aussi parce que Rosie la rejette, mais surtout parce que toutes les deux ont le coeur qui bat pour le même garçon. Seulement voilà, Rosie du jour au lendemain disparaît.

Pourtant, dans ce roman l’intrigue est très dissolue et pour tout vous dire, le lecteur n’aura jamais la réponse. Ce roman est avant tout un roman d’atmosphère et c’est ce qui fait son charme : un village du Pays de Galles battu par les vents, délavé par la pluie ou succombant à la chaleur l’été (bah oui !), dont les habitants se connaissent tous trop, comme dans tous les villages du monde. Un monde clos où tout ce qui est différent est suspect. Un jeune homme étrange devenu, selon eux, simplet parce qu’il a reçu le coup de sabot d’une jument sur le crâne quand il était jeune. Une petite fille rousse aux cheveux incoiffables, portrait craché de son père irlandais, un baroudeur, roux lui aussi, dénommé Kieran Green, qui a mis les bouts le jour où il a appris que Bronwen (mère d’Evangeline) attendait un enfant de lui. Voilà pour les ingrédients de ce qui est aussi un roman d’apprentissage et de deuil. Evie parle alors qu’elle va à son tour devenir mère. Un adieu à l’enfance et sans doute au remord aussi. Car Evie du haut de ses huit ans a fait une chose grave, mais ce qu’elle a a fait est la réponse d’une enfant à un événement traumatique tout aussi grave…

J’ai un avis mitigé sur ce livre car même si j’ai beaucoup aimé l’atmosphère galloise, je me suis tout de même ennuyée pendant une bonne moitié du roman, reprenant une once d’intérêt dans le dernier tiers. J’ai trouvé que l’intrigue était trop dissolue au point que parfois je l’ai perdue de vue. J’ai pourtant aimé le style poétique de Suzanne Fletcher mais les allers-retours présent/passé (qui pourtant d’habitude ne me gênent pas dans une narration) m’ont fait perdre le fil. Dommage. Enfin, il n’y a pas de « surprise », c’est un peu trop archétypal à mon goût : les Irlandais roux (et Green !) ; le simplet du village, le pervers etc. On s’y attend trop. Malgré tout j’ai eu de l’empathie pour Evangeline, malgré ses cachotteries et sa grosse bêtise.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature anglaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La fille de l’Irlandais

  1. 22anjelica dit :

    Ce roman m’avait laissé septique …Heureusement « un bûcher sous la neige » a largement rattrapé cette déception.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s