Si j’étais un rêve…

DSC00129

Lina et Nour sont toutes les deux élèves de seconde. Lina vit Sofia, en Bulgarie et Nour à Saint-Denis, dans le « 9-3 ». C’est parce que leur prof de français respectif ont décidé d’établir une correspondance postale entre les élèves de ces deux pays qu’elles vont se découvrir. A l’heure d’Internet c’est une chose totalement incongrue pour ces deux jeunes filles.
Au fil de la correspondance, les identités se révèlent, entre autres par le jeu des portraits chinois initié par Nour. Répondre à trois questions et en inventer trois autres.
Lina est fille de diplomate et va à l’école française de Sofia. La France ne lui est pas un pays inconnu car elle y a de la famille. Nour possède aussi une double culture : marocaine et française. Evidement leur correspondance les amène à évoquer leur quotidien dans leur pays respectif. Les jeunes filles se lient d’amitié au point de briser la règle de la correspondance postale quand l’une a besoin d’un soutien moral urgent ou que l’inquiétude ronge l’autre. C’est donc par moment le mail qui prend le relais, dans cette narration épistolaire.
Pourtant, quand il s’agit de se rencontrer, Nour devient soudain distante et blessante envers Lina… Une attitude qui désarçonne le lecteur autant que Lina. Un revers de situation qui intrigue. Une piste en particulier vient à l’esprit. Pourtant bien loin de la réalité ! A vous de lire si vous voulez savoir mais j’avoue que ça m’a vraiment surprise !

Lina est une jeune fille engagée et préoccupée par la situation politico-économique de la Bulgarie, par le racisme, la corruption, la montée de l’extrême droite. Elle prendra part une manifestation géante. Grâce à elle, on apprend pas mal de choses sur son pays, notamment sur le racisme envers les Tziganes et les Roms. Néanmoins, si le personnage est attachant, je l’ai trouvé trop sérieuse pour être totalement crédible pour ses quinze ans, à vrai dire. Même les propos blessants de Nour à son égard n’arrive pas à avoir le dessus. Elle est vraiment invicible et super costaud cette ado !

Nour, quant à elle, paraît plus fragile. La situation de la France, elle s’en fiche, davantage fascinée pour le Body Art et comment persuader ses parents de l’autoriser à se tatouer, se scarifier, se percer. Une obsession qui alerte Lina : elle y voit un mal-être chez son amie. L’autre passion de Nour c’est de faire des rimes et d’écouter Grand Corps Malade. Oui, encore une histoire de corps…

Les histoires d’amour et de garçons ne sont pas absentes de leur correspondance. Du moins chez Lina qui en pince pour Ilya.

Aux manifs en Bulgarie font échos les manifs homophobes en France. Mais Lina explique à Nour que « même si en France il y a des hystériques extrêmistes qui font du buzz en manifestant contre le mariage pour tous, c’est loin d’être aussi fermé qu’ici ».
Nour est surprise de la situation de la Bulgarie : « Tu sais, Lina, tu ne m’ennuies pas du tout avec la politique, même si ce n’est pas vraiment ma came. J’ignorais que la situation était si difficile dans ton pays : en France, les media ne s’intéressent qu’à ce qui fait du buzz : les guerres, le sexe, les scandales people (gros titres sur Internet hier), la sécurité et les jeunes des « quartiers ». Habitant à Saint-Denis, d’une certaine façon j’en fais partie. L’avantage d’être de l’autre côté du périph, c’est que tu fais éclater tous les préjugés. »

L’identité, l’intolérance, la corruption, les préjugés, le droit à la différence et le mensonge sont au coeur ce roman. Une écriture qui mêle le parler ado et la poésie des rimes de Nour. Un roman épistolaire, qui vire parfois à l’échange épistolaire version 2.0 où le texte s’émaille de smileys, il fallait y penser !

J’ai bien aimé ce livre qui révèle son originalité à la fin. MAIS en même temps un peu trop à la fin justement ! Et avec le portrait de Lina, jeune fille un peu trop sérieuse pour être totalement crédible à mon goût, c’est peut-être le reproche que je ferai à ce roman pour ados : j’ai bien peur que les gamins n’arrivent pas à accrocher jusqu’au bout à cette histoire d’amitié.
Passé l’effet de surprise, on a un peu aussi l’impression d’être passé à côté de l’essentiel pendant la lecture. C’est un roman savamment construit, où les indices disséminés dans la narration force le lecteur à repenser les propos de Nour à la fin. C’est à la fois la force et la faiblesse de ce livre.

Un grand merci aux Editions Flammarion pour cet envoi.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s