Les anges aquatiques

51tjgj4P3JL

 Traduit par Frédéric Fourreau

A la fin de La Cinquième Saison, je me posais la question de savoir s’il y aurait une suite aux aventures de l’inspectrice Malin Fors. Alors, qu’elle ne fut pas ma joie quand, aux hasards des pérégrinations Internet, je suis tombée sur ce sixième volume, paru il y a peu. Un bon gros pavé de presque
500 pages, qui prend bien de la place sur les étagères…

Le problème récurrent avec une publication tous les un an et demi, c’est qu’on ne sait plus exactement où on a laissé les personnages. Et avec Malin, « l’enquêtrice le plus brillante de toute la police de Linköping [qui] possède un don rare de foutre en l’air sa vie privée et s’attirer des ennuis », il y a presque de quoi être inquiet : aurait-elle fait des siennes même entre deux volumes ? Bon, heureusement, pour les mémoires de linotte, la situation personnelle des personnages est brièvement récapitulé dans chaque volume. Ce qui n’empêche pas qu’il faut absolument lire les livres dans l’ordre parce que, justement, la vie des personnages occupent une dimension primordiale chez Mons Kallentoft. Elle influe sur la manière dont ils mènent une enquête dans l’équipe de police, sur la manière dont ils ressentent les choses, surtout pour Malin, femme ultra-sensible, dotée d’une sorte de sixième sens.

Patrick et Cecilia Andergren sont retrouvés sauvagement assassinés dans le jacuzzi de leur luxueuse villa du quartier de Hjulsbro à Linköping. Leur fille, Ella, cinq ans, reste introuvable. En fouillant la maison, l’équipe de Malin découvre le portrait de la gamine : type asiatique. En creusant davantage, Malin apprend qu’Ella est a été adoptée et qu’elle est d’origine vietnamienne…. tout comme Tess, la fille de Karin, de la police scientifique. Et hop, cette affaire d’enfants adoptées va embarquer Malin dans une nouvelle enquête qui la tient à coeur, d’autant que blessée lors de la précédente aventure, elle ne pourra plus avoir d’enfants. Ce qui n’est pas franchement du goût de Peter, son dernier compagnon. Alors pour faire face à l’horreur, à l’inadmissible et aux blessures personnelles, la tequila est aussi de retour dans la vie de Malin.

Autant vous dire qu’il ne se passe finalement pas grand chose dans ce polar dimension roman noir, ou plutôt que si vous cherchez un thriller, passer votre chemin. L’enquête prend son temps, piétine à souhait et pourtant, on ne lâche pas ce bon gros pavé très bien documenté sur la société suédoise contemporaine (pas étonnant, Mons Kallentoft est aussi journaliste !). La disparition de la gamine adoptée est l’occasion d’évoquer le scandale du trafic d’enfants entre le Vietnam et la Suède, jusqu’à ce que le pot aux roses soit découvert : celui des enfants volés à leur famille, un enfant contre un cochon… La Suède a rompu ses accords en matière d’adoption avec le Vietnam, mais pas le Danemark. L’occasion pour Malin de décharger sa haine des Danois, un pays de  racistes par excellence selon elle, puisqu’il a fermé ses frontières. Pour elle, Copenhague est « une ville de brique et d’immondices. De gaz d’échappement, de fumée de cigarette et de couenne de porc ». Et si Mons Kallentoft évoque par la voix de son héroïne, de manière récurrente, le cochon, le porc, ce n’est pas un hasard.

Malin est toujours aussi peu lisse (et donc d’autant plus crédible), mais les autres aussi, notamment Karin, que l’on découvre sous un autre jour. Personnage pétri de contradictions, et jusqu’à beaucoup de violence dans ce volume, on se dit que parfois elle exagère vraiment trop, qu’il faut qu’elle se calme sérieusement. A tel point qu’on se demande si ce ne sera pas là, vraiment, sa dernière enquête – mais il y a des scènes pas piquées des hannetons, qui valent le détour !

J’allais oublier que les morts parlent toujours mais on se demande pourquoi parce qu’ils ne donnent pas vraiment d’indices supplémentaires au lecteur, contrairement aux autres volumes, où la touche fantastique était franchement assumée et apportait une touche d’originalité. L’auteur devrait laisser tomber l’idée des morts qui parlent si ce n’est pas rien en faire, parce que l’idée qu’il y a derrière agace un peu.

Reste une bonne analyse du désespoir humain jusqu’à l’aveuglement. De l’agence d’adoption à l’agence du crime organisé au nom du fric.

Un volume plus réussi que La Cinquième Saison : je me suis régalée malgré mes quelques réserves.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature suédoise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s