Les nuits de Reykjavik

lesnuitsdereykjavikjpg

Traduit par Eric Boury

Un anorak vert flotte dans une mare. D’habitude, on trouve plutôt des balles de golf dans les anciennes tourbières de Reykjavik, aujourd’hui terrain de jeu des enfants. Mais c’est une macabre découverte que font ce jour-là trois gamins embarqués sur leur radeau. Pourtant, la police a rapidement classé l’affaire sans suite : celle d’un ivrogne qui s’est noyé. C’est ce qui revient en mémoire à Erlendur, un an après le drame.  Son quotidien nocturne dans les rues de la capitale islandaise, ce sont les tapages, les disputes familiales, les accidents de la circulation, les femmes battues, les drames de l’alcoolisme sous toutes ses formes. Pour la police, tous ces drames sociaux passent avant les clochards retrouvés morts. Quant aux femmes battues, on ne peut pas dire qu’elles reçoivent soutien ou secours. Alors les femmes qui disparaissent…

Autant dire que notre Erlendur va y trouver du grain à moudre ! Il s’embarque dans une enquête officieuse et solitaire, lui qui n’est que simple agent de police, même pas inspecteur, encore moins enquêteur. Personne n’en saura rien, même pas Gardar et Marteinn, ses deux collègues de patrouille nocturne.

Erlendur avant Erlendur, ou presque. J’ai vu une chronique intitulée « Erlendur simple flic ».  Oui, en quelque sorte, mais quand même bien plus que ça ! On retrouve notre observateur favori de la société islandaise, celui qui s’attache aux marginaux, à ceux que personne ne considère, même pas la police.   Juste perçus comme des masses alcooliques sans nom. Erlendur lui-même se demande si ce n’est pas « sa passion pour les destins tragiques qui l'[a] conduit à s’engager dans la police ». Nous, lecteur qui le connaissons bien savons que oui (ou du moins pensons le connaître bien, parce qu’Arnaldur Indridason lui-même dit qu’il ne sait pas trop qui est ce type-là !), c’est bien ça. Au point de négliger sa vie privée, qui passe bien après.

Erlendur le solitaire qui « préfèr[e] rester à la maison à lire, à ‘écouter la radio ou de la musique », Erlendur qui se moque des « discours enflammés de Gardar sur les hamburgers et les pizzas » qu’il considère comme des « élucubrations d’allumés ». Erlendur le marginal, finalement, presque double  d’Hannibal, le clochard mort dans la mare tourbeuse. Il va s’interroger sur les motivations qui ont poussé cet homme à rejeter le monde dans lequel il vivait avant. Parce qu’Hannibal n’a pas toujours été solitaire. Il a même une famille. Il a même eu une épouse.

Les personnages que côtoie ici Erlendur sont des gens qui ont eu des accidents sur la route de la vie. Le motif de l’accident hante d’ailleurs ce roman noir. C’est presque obsessionnel. C’est par accident que la boucle d’oreille d’une femme disparue pratiquement au moment de la mort d’Hannibal se retrouve dans le pipeline où il vivait. C’est par accident qu’Erlendur a perdu son frère un jour de tempête dans la région des fjords de l’Est. C’est par accident qu’Hannibal a perdu son épouse. C’est par accident que Gustav fera ce qu’il a fait. Enfin, c’est par accident qu’Erlendur  va être papa et se caser avec Halldora. Un tir de balle de golf raté sur des destinés.

J’ai passé deux jours dans le caisson du pipeline où Hannibal avait trouvé refuge, sur les pas d’Erlendur et d’autres sans domicile fixe. La vie est rude en Islande quand vous vivez dehors. Alors quand on a froid et qu’on n’a pas d’argent, on demande à une âme charitable d’aller vous acheter des réserves d’alcool à 70°C à la pharmacie en guise de gnôle. Ou bien des tickets pour faire des tours de bus et avoir l’impression de voyager !

J’ai retrouvé l’humour (noir), un rien sarcastique d’Erlendur au grand coeur mais tellement imparfait. Vous ne pourrez jamais faire du golf avec lui, parce qu’il est totalement persuadé que « ce sport [a] été inventé pour distraire les gentlemen anglais et écossais qui n’avaient rien de mieux à faire de leur temps ».

Un excellent moment de lecture  qui plaira à ceux qui se plaignaient de ne plus voir Erlendur dans les tomes précédents. Là, il occupe la scène tourbeuse du crime et pose les germes de sa destinée.

J’ai juste trouvé le roman trop court (mais il ne l’est pas plus que les autres). On est addict à Arnaldur Indridason où on ne l’est pas ! J’en suis et j’assume, alors vivement la suite !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature islandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s