La rivière noire

51hSMQhMjnL

Traduit par Eric Boury

4e de couverture : « Le sang a séché sur le parquet, le tapis est maculé. Egorgé, Runolfur porte le t-shirt de la femme qu’il a probablement droquée et violée avant de mourir. Sa dernière victime serait-elle son assassin ? Pas de lutte, pas d’arme. Seul un châle parfumé aux épices gît sur le lit. L’inspecteur Elinborg enquête sur cet employé modèle qui fréquentait salles de sport et bars… pour leur clientèle féminine. »

Dans cet « épisode », l’inspecteur Erlendur Sveinsson brille par son… absence. En effet, suite à ce qu’il a découvert dans Hypothermie, il a décidé de faire un break dans la région de fjords de l’Est, région de son enfance où s’est déroulé le précédent drame. C’est ici son adjointe, Elinborg qui mène donc l’enquête. L’occasion pour le lecteur d’entre-apercevoir Erlendur sur une autre facette – bien que ce ne soit pas le sujet du livre – celui d’un homme qu’Elinborg considère comme d’un autre âge. Elle ne partage pas tous ses points de vue. Contrairement à Erlendur, elle pense qu’il faut faire avec son temps et ne pas toujours se retourner sur le passé de manière nostalgique. Mais cela ne l’empêche pas de s’inquiéter pour son collègue dont elle trouve l’absence inquiétante par sa durée.
Nous découvrons ici aussi la vie de ce personnage féminin jusque là secondaire : mère de quatre enfants (dont un adoptif), divorcée et remariée avec un mécanicien, elle trime avec l’un de ses garçons en période d’adolescence…, un de ces gamins pour qui considère comme normal d’exposer sa vie privée sur le net à travers un blog.

Cependant, l’enquête dans laquelle l’inspectrice est plongée ne lui laissera guère le temps de s’occuper de sa petite famille et de se consacrer à son hobby favori : la cuisine indienne ! C’est pourtant par la piste culinaire qu’elle va avancer, du moins au début, aussi étrange que celui-là puisse paraître. Une manière originale d’entrer en matière ! Un homme est retrouvé chez lui égorgé, après avoir, semble-t-il violé sa victime qui elle-même a disparu.

A la manière d’Agatha Christie, Arnaldur Indridason entraîne le lecteur sur l’histoire d’un cadavre, son héroïne est la reine de l’interrogatoire et elle n’exclut aucune piste. L’enquête n’avance guère pendant toute une partie du roman, on la suit dans ses pérégrinations qui la mène de Rekjavik à un village perdu d’Islande, à la rencontre de ses habitants, ceux ayant connu la victime dès son plus jeune âge; elle interroge aussi ses voisins du quartier de Thingholt à Rekjavik qui le connaissaient adulte, son employeur, etc. Une méthode policière tout à fait classique, mais qui révèle un des faiblesses et l’un des tabous de la société islandaise contemporaine.

En effet, Arnaldur Indridason fait ici la part belle à la thématique du viol des femmes, à leur sentiment de culpabilité qui les enferme dans le silence et les conséquences de ce silence, à l’omerta du reste de la société pour qui ce sujet reste tabou et aux failles d’un système qui fait que les coupables ne seront pas punis à la hauteur de leur crime : « Que peut-on faire quand le système est de mèche avec les salauds », s’interroge un personnage. Justice soi-même ? Mais ce n’est pas la solution non plus. Reste qu’ici, Elinborg ne pourra jamais dresser le vrai portrait du coupable, lui-même victime, puisqu’il est mort. Reste les suppositions tout à fait fondées, celui d’un psychopathe « ordinaire » (si l’on peut dire) : « Elle pensait à Runolfur, à cette méchanceté qui l’habitait et qui coulait au fond de sa conscience telle une rivière noire, profonde, froide et tourmentée ».

Arnaldur Indridason pose ici de bonnes questions dans un roman policier prenant que j’ai dévoré ! Cela dit, ce n’est peut-être pas mon préféré dans la série : je préfère les enquêtes avec Erlendur qui pose un regard plus approfondi sur l’histoire de son pays. Même si j’ai passé un très très bon moment !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature islandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s