Eté

51jlOTzqGfL__SL500_AA300_

Traduit par Max Stadler et Lucile Clauss

4e de couverture : « C’est l’été le plus chaud que Linköping ait jamais connu. La forêt qui borde la ville s embrase, les nuages de fumée planent dans le ciel obscurci et menacent les citadins. Les incendies n empêchent pas un pervers sexuel particulièrement sordide et cruel de faire régner la terreur dans la ville. L’enfer brûlant des flammes crée une sorte de solidarité parmi les gens, alors que la peur et l’angoisse face aux meurtres horribles du tueur font émerger des soupçons et des préjugés envers celles et ceux qui semblent différents. L’horreur devient totale, quand la propre fille de Malin Fors -l’enquêtrice des romans de Kallentoft et de Hiver – se fait enlever. Chaque minute compte, et Malin n a plus que son instinct de policier et de mère pour l’aider à sauver l’être qui lui est le plus cher au monde. »

Si vous ne connaissez pas encore Mons Kallentoft, un conseil, jetez-vous sur ce nouvel écrivain suédois qui écrit des polars très bien, originaux et très bien ficelés. 12154Eté est le deuxième traduit en français.

Déjà, la Suède sous la canicule, ce n’est pas quelque chose de banal ! Ce n’est pas l’image d’Epinal que l’on attend. Et, à mon humble avis, ce n’est pas un hasard car ce livre est tout sauf un roman policier avec des idées toutes faites. Sur fond de dérèglement climatique et de pervers sexuel en goguette dans une ville brûlante, Mons Kallentoft prend la peine  de peindre le tableau de la société suédoise contemporaine. Ce n’est pas vraiment une peinture glorieuse, mais elle n’est pas pour autant en noir et blanc.

Le lecteur assiste à des méthodes policières peu orthodoxe de la part de ce Zeké aux préjugés tenaces. Très agaçant ce type souvent. Cependant, il n’est pas totalement méchant. Juste ignare. Même le monstrueux psychopathe qui tue les jeunes filles a une part d’humanité. Mais franchement, on n’a pas envie de croiser son chemin, c’est moi qui vous le dit !

Mons Kallentoft démonte les mécanismes qui ont amené cette personne à devenir ce qu’elle est : une meurtrière perverse, une désaxée.

Malin, l’héroïne commissaire de police n’est pas une wonder woman, juste une citoyenne suédoise ordinaire, un zeste alcoolique parfois les soirs de cafard solitaire, puisqu’elle est seule dans la vie avec sa fille à élever. Elle se console parfois de ce vide avec un collègue journaliste, voire son ex-mari…

L’enquête qu’elle mène la conduit sur de fausses pistes, le prétexte pour l’auteur d’évoquer les préjugés sur les immigrés en Suède et sur le monde lesbien. Cependant, le rythme est haletant, malgré les fausses pistes et le suspense va crescendo. Malgré la canicule suédoise, le lecteur frissonne par moment, surtout à la fin, avec des mises en scène d’une grande noirceur.

Autre originalité : dans ce roman, les victimes décédées, devenues des « anges d’été »,  parlent ! Les personnages en vie ne les entendent pas. Mais elles dévoilent au lecteur leur point de vue et ce qui s’est passé,quand elles s’en souviennent.  Mais le romancier a la bonté de ne pas faire de toutes les victimes des décédés…

On passe un excellent moment avec ce roman policier intelligent.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature suédoise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s