Le braconnier du lac perdu

5108o3hkFqL

Traduit par Jean-René Dastugue

 4e de couverture : « Depuis qu’il a quitté la police, Fin MacLeod vit sur son île natale des Hébrides, à l’ouest de l’Ecosse. Engagé pour pourchasser les braconniers qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il retrouve Whistler, son ami de jeunesse. Le plus brillant des enfants de Lewis. Le plus loyal aussi qui, par deux fois, lui a sauvé la vie. Promis au plus bel avenir, il a pourtant refusé de quitter l’île où il vit comme un vagabond ; sauvage, asocial, privé de la garde de sa fille unique. Et d’entre tous, il est le plus redoutable des braconniers« …

Dernier volume de la trilogie des Hébrides, L’île des chasseurs d’oiseaux et L’homme de Lewis, qui m’avait enthousiasmée,  je l’ai trouvé différent, reposant davantage sur le ressort de l’intrigue qui vous tient en haleine jusqu’au bout. En effet, la partie « documentaire » omniprésente auparavant s’efface ici, mais on n’en voyage pas moins : Peter May, sait à merveille vous couper de votre univers – en tout cas, ça a été mon cas  ! A vous les courses poursuites dans la tourbière un jour d’orage, à la poursuite de l’ami d’enfance de Fin MacLeod, Whistler, un ami qui finit par devenir aussi le vôtre. Une terrible histoire d’amour aussi.

Peter May soulève tout le poids du passé de ses personnages, gratte le masque bourru de Whistler pour découvrir l’homme trahi et blessé. J’ai eu beaucoup d’empathie pour ce personnage costaud et charismatique, comme un berserk (entendez par là un guerrier nordique, du genre de ceux « qui se fouettaient jusqu’à entrer en transe pour pouvoir combattre sans connaître la peur de la douleur ».)

C’est peut-être le volume qui m’a le plus émue et surprise par ses rebondissements. C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai refermé ce roman sur l’île de Lewis et ses personnages noirs mais attachants, pour qui la vie n’est pas toujours juste. J’espère malgré tout qu’il y aura une suite  – même si ce n’est pas au programme pour l’instant.

Pour en savoir plus sur Peter May et son oeuvre, allez faire un petit tour sur son site ici .

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature écossaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s