Edimbourg Express

510SrD47ofL__SL500_AA300_

Traduit par Elisabeth Kern

4e de couverture : « La vie poursuit son cours au 44 Scotland Street. Si Pat Macgregor partage toujours son appartement avec l’insupportable Bruce, les sentiments qu’elle avait pour lui appartiennent bel et bien au passé. Pendant que celui-ci se remet d’une rupture et d’un licenciement en s’admirant devant la glace, la jeune femme, bien décidée à élargir son horizon, accepte une surprenante invitation… à un pique-nique nudiste ! Un étage plus bas, Bertie, six ans et toujours aussi intelligent, tente par tous les moyens de s’affranchir de l’implacable programme établi par sa mère qui, outre le yoga et le saxophone, comprend désormais une thérapie avec le terrifiant Dr Fairbairn. Etonnamment, c’est peut-être en la personne de son père qu’il trouvera un allié de taille… »

Je pensais emmener ce deuxième tome des aventures du 44 Scotland Street avec moi en vacances. Mais le premier m’a tellement plu, que j’ai dévoré le second. A raison car il est sublimissime . Les personnages sont approfondis, l’humour toujours corrosif et l’on passe moins d’un personnage à un autre.
Alexander McCall Smith s’attarde davantage sur chacun d’entre eux pour les apprivoiser et essayer de les comprendre. Même l’affreuse mère de Bertie, qui oblige ce pauvre gamin à porter une salopette couleur framboise (et non pas rose, hein, framboise !). Même l’affreux Bruce qui se lance dans le vin sans savoir distinguer un Bordeaux français d’un vin australien.

J’ai particulièrement apprécié la petite escapade à Glasgow en train avec Bertie et son père, la rencontre improbable avec un Irlandais mafieux, Lard O’Connor, fan du Celtic Football Club (club qui existe réellement depuis 1888 et fut fondé par des Irlandais). On apprend dans ce roman que le regard de certains « Edimbourgiens » sur les « Glasgowiens » est assez féroce : les habitants de Glasgow seraient des bandits et la spécialité de la ville serait la barre de Mars frite ! Glasgow c’est la ville métallique, la ville au passé industriel. Et l’accent, je ne vous en parle même pas… L’aperçu donne aussi quelques idées de visites de musées.

Il me reste à découvrir les volumes suivants !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature écossaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Edimbourg Express

  1. alexmotamots dit :

    Je n’avais lu que le premier, mais j’avais bien aimé. Il faudra un jour que je me lance dans la lecture des suivants.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s