Noirs tatouages

noirs_tatouages_09

Traduit par Philippe Bonnet et Arthur Greenspan

4e de couverture : « Cet été-là, il a plu comme rarement à Lake District et la tourbière a livré son secret : un cadavre sans âge, couvert de tatouages. Jane Gresham, spécialiste du poète William Wordsworth, pense aussitôt à une légende locale : Fletcher Christian, le chef des mutins du Bounty, a fui Pitcairn pour regagner clandestinement l’Angleterre. Et son vieil ami Wordsworth a transformé son récit en poème épique. Persuadée que le précieux manuscrit se trouve chez un descendant du poète, Jane enquête. Mais, comme dans toutes les chasses au trésor, les convoitises s’éveillent, et les cadavres s’accumulent. »

Très différent de la série des « Tony Hill », et surtout beaucoup moins noir, Val McDermid se lance ici dans une intrigue historico-littéraire qu’elle mène, à mon humble avis, avec brio. Parallèlement à cette énigme, elle évoque le problème des préjugés avec le personnage de Tenille, gamine des cités de Londres, 13 ans, intelligente et férue de poésie mais noire et fille naturelle d’un caïd. Tenille s’élève toute seule et trouve une aile protectrice chez sa voisine,  Jane, spécialiste du poète Wordsworth. Jane cumule elle-même deux jobs pour s’en sortir : les cours à temps partiel à l’université et serveuse dans un bar tenu par 2 amis homosexuels. De plus, elle vient de se faire plaquer par Jack, qui lui a préféré une acheteuse en arts bien peu scrupuleuse.

La découverte d’un cadavre tatoué, dans la tourbe de la région du Lake District, va bouleverser la vie de tous ces personnages. Jane file rejoindre son village natal, suivie en catimini par Tenille et bien d’autres. En tout cas les « vilains pas beaux » ne sont pas ceux que l’on croit (dommage que j’ai vite  deviné qu’il y en avait un un peu trop bien pour être honnête, mais l’essentiel n’est pas tout à fait là, même si l’on veut savoir qui accumule les cadavres!).

Je n’en dis pas plus.

Un très très bon moment passé en compagnie de personnages attachants. Et une très belle promenade dans la région humide, montagneuse et venteuse du Lake District, avec des habitants haut en couleurs, qui mangent de la tourte au boeuf et surtout une spécialité locale bien connue (n’est-ce pas??) : des crêpes saucisses… (ou, comme dirait Tenille, avec beaucoup de poésie, des « crêpes caca (…), des saucisses qui ressemblent à des crottes de chien »).

Un roman où il y a de quoi se régaler (:p)  et qui donne également envie d’en savoir un peu plus sur le poète romantique anglais William Wordsworth.

NB : Comique de lire sur mon édition de poche que le livre est traduit de l’américain ! Sacrilège !! Val McDermid est écossaise !

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature écossaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Noirs tatouages

  1. 22anjelica dit :

    Pas lu celui ci pour l’instant mon préféré reste 4 garçons dans la nuit.

    J'aime

  2. alexmotamots dit :

    Des crêpes saucisses ? Original !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s