Par coeurs

Par-coeurs

Le jour de la rentrée, Mlle Levêque, prof de français, demande à ses élèves de seconde un sujet de rédaction pour le moins surprenant :  » Quelle est votre vision de l’amour. Que représente l’amour idéal. Comment voyez-vous votre vie amoureuse plus tard. » Imaginez un peu la tête des gamins ! Surtout que cette prof ressemble à un vieille fille, d’après une élève, qui, du coup,  révise rapidement son jugement. L’autre particularité c’est que les copies doivent être anonymes et que rendre le devoir n’est pas une obligation. Pourtant, la plupart des ados feront le devoir, évidemment puisqu’il s’agit-là d’un sujet qui les touche à coeur…

Le livre s’articule autour de onze « nouvelles » (pour reprendre le terme de la couverture) qui donnent la parole aux élèves de la classe. L’amour et ses conséquences y sont examinés sous toutes les coutures : première fois, sentiments, amour filial, physique, homosexuel, impossible, séparation, risque de grossesse… Chaque ado y va de son expérience : de celle qui n’a d’yeux que pour « le plus beau mec du lycée », (et qui du coup dit « thank you » au CPE pour son idée de constituer les classes par ordre alphabétique) à celle qui fait l’amère expérience d’un test de grossesse, en passant par celui qui pense que le mariage, c’est l’anti-amour  :
« Il n’y a rien de plus dur que d’être fils de parents mariés. Ouais, ouais, marrez-vous !  Mais qu’est-ce que vous croyez ? Au moins quand tes vieux sont divorcés, t’as deux piaules, deux vaisselles, deux façons de manger, deux emplois du temps, deux façons de vivre, deux environnements et tu ne t’ennuies jamais ! Et encore, je ne vous parle pas des cadeaux et des vacances multipliés par deux !  Alors que mes parents ! Ils sont mariés depuis seize ans et ils ont l’air de se faire tellement chier ensemble que tous les jours, je me pose la même sempiternelle question : Mais pourquoi ils ne se quittent pas ?! »
« A table !!! » dont est tirée l’extrait, est la nouvelle que j’ai préférée. Sa chute met une claque au gamin avec humour.  « Mademoiselle », qui ferme le recueil, permet au lecteur de comprendre le leitmotiv l’enseignante. Mais si c’est une surprise, cela met aussi à plat le mystère qui l’entourait au début du livre pour en faire un personnage complètement crétin. Dommage !

Pour le reste, j’ai apprécié ces récits dynamiques, bourrés d’humour mais aussi cyniques, qui restituent le parler inventif (et parfois agaçant) des ados, leur vision parfois « brut de décoffrage », leur naïveté et leur égocentrisme. Mais aussi leur fragilité. Une découverte sympa.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s