Les disparus de Dublin

51Fp8nkkT_L__SL500_AA300_

Traduit par Michèle Albaret-Maatsch

4e de couverture : « C’est là, dans son repaire, un soir d’ivresse, que le cadavre d’une inconnue déclarée morte dans de troublantes circonstances va obliger Quirke à sortir de l’ombre – à se lancer dans une enquête que tous cherchent à lui faire abandonner. Car cette enquête, qui met en cause l’Eglise toute-puissante des années 1950, menace de dynamiter la haute société catholique, de Dublin à Boston. Et de gangrener l’âme de sa propre famille, en réveillant ses blessures les plus enfouies.
Il est médecin légiste, veuf, misanthrope, souvent soûl – bref, pas très catholique. Avec Quirke, John Banville a créé un héros que vous allez adorer.
Derrière le nom de Benjamin Black, se cache le grand romancier irlandais John Banville, Booker Prize 2005 pour
La Mer »

Whaou ! Une fois le livre refermé, on reste sonné par ce roman noir ! Un vrai brûlot pas très catholique, en effet au regard du sujet auquel il s’attaque.  Bien davantage qu’un simple roman policier, Benjamin Black, pseudonyme volontaire de John Banville (dont il ne s’est jamais caché) écrit un livre bien ficelé qui démonte l’Eglise toute puissante des années 50 en Irlande et la haute société irlando-américaine. Un roman d’amours tragiques, sur fond de trafic de bébés,  de meurtres, d’histoires de « famille » bien alambiquées à l’irlandaise .

Quirke est un héros attachant. Il n’est pas policier mais médecin légiste.  C’est l’anti-héros par excellent. Un picoleur au grand coeur, mais un coeur blessé et pas trop fier de son passé. Un Irlandais orphelin de surcroît, comme beaucoup de gosses de sa génération. Il a épousé Délia au lieu d’épouser Sarah, la femme qui s’est finalement donné à Malachy, son faux frère, médecin des vivants, alors que lui est le médecin des morts… Pourtant il va faire ressurigir le passé pas très glorieux d’une certaine Irlande des années 50…

1224259218921_1Au fil des pages, le lecteur croise des personnages abîmés par la vie,  les femmes du peuple en particulier : cette pauvre Claire Stafford, infertile et malheureuse mère adoptive de la petite Christine au triste sort, la pauvre Moran qui finira mal également, cet abruti d’Andy Stafford qui ne sait pas consoler bébé Christine qui pleure… Et c’est justement par ce mystérieux bébé qu’est hanté tout le livre. Quirke et le lecteur sont entrainés par une spirale infernale et irrémédiable. La condition féminine en Irlande, le rôle de l’Eglise et de la haute société catholique  sont étalés au grand jour et ce n’est pas joli à voir. De plus, même la justice est pourrie… alors où va-t-on ? C’est la question que l’on se pose en refermant le roman alors que Quirke remet à l’inspecteur Hackett le journal secret tenu par la Moran, témoin gênant pour la haute société : « Ca va produire beaucoup de poussière si on abat les piliers de cette société. Beaucoup de poussière, de briques et de gravats. Il serait sage de se tenir à distance. » déclare le policier. Ca promet…

Heureusement qu’il y a Phoebe, la pseudo-nièce de Quirke (oui, parce que rien n’est simple) : elle représente la jeunesse, l’avenir et la modernité. Une jeune femme de 20 ans qui pose un regard dur sur la génération de ses parents (qui l’ont empêché d’épouser son protestant d’amoureux alors qu’eux ont fait des choses pas franchement « clean »).

Ce roman, paru en France fin 2009 mais écrit en 2006 attend une suite en cours de traduction, que personnellement j’attends avec impatience (encore un série à lire !). Merci à John Banville d’avoir eu l’idée de cette excellente série qui ne mâche pas ses mots (un style brut et sans détour pourtant élégant) et ne lâche pas le lecteur. Je le remercie également pour les quelques mots que nous avons échangés, un grand écrivain d’une simplicité et d’une modestie étonnantes.

Il s’est documenté auprès de Paul Williams, journaliste irlandais un expert du milieu, qui l’a conseillé.

NB : le roman existe en format poche, chez 10/18.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature irlandaise, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s