Les filles de l’ouragan

les filles de l'ouragan

Traduit par Simone Arous

Dana Dickerson et Ruth Plank sont nées le même jour au même endroit : le 4 juillet 1950, dans le New Hampshire. Elles ont été conçues un jour d’ouragan. Elles ne sont pas jumelles, juste « soeurs d’anniversaire ». Leurs familles respectives sont dissemblables. Dana est délaissée par ses parents : sa mère est une artiste pour qui l’art est plus important que ses enfants ; son père est immature et passe son temps enchaîner les projets irréalisables en rêvant de gloire. Ruth est issue d’une famille de gens de la terre qui ont réussi : Farm Plank est réputée pour la culture de la fraise. Un jour, les Dickerson quitte le New Hampshire pour aller s’installer en Pennsylvanie. On peut penser que s’en est fini des liens entre les deux familles, qui avaient l’habitude de se voir une fois par an pour la date d’anniversaire de Dana et Ruth, sous la pression de Mme Plank. Pourtant. Aussi différentes soient-elles, ces deux familles semblent avoir leur destin lié. La vie des deux soeurs d’anniversaire ne sera pas un long fleuve tranquille, mais à l’image de la météo du jour de leur conception…

Nous suivons la vie de Ruth et de Dana des années 50 à nos jours, par un jeu d’alternance de voix narrative. Une manière pour Joyce Maynard de peindre ce coin d’Amérique au fil du temps, d’aborder plusieurs problèmes auxquels seront confrontés les jeunes femmes dans cette Amérique-là, liées par un drame familial dont elles n’ont pas connaissance.
Ruth tombe amoureuse de Ray Dickerson, le frère de Dana, de plusieurs années son aîné. Sa passion pour cet homme ira de paire avec la passion qu’elle se découvre pour la peinture. Elle perçoit la vie à travers le prisme de l’art. Elle goûtera les années hippies, la liberté, l’érotisme, dans une cabane sur une île canadienne, avec Ray,  jusqu’à ce qu’un jour sa mère la ramène brusquement sur terre, brisant son couple, sa vie et son inspiration artistique.
Dana ne s’intéresse pas aux garçons, mais aux filles. C’est une terrienne, jusque dans son apparence trapue. Elle intègre l’Ecole d’agriculture du New Hampshire, fait la connaissance de Clarice qui deviendra sa compagne. Elle perd de vue son frère Ray et prend ses distances avec ses parents qu’elles ne considèrent pas.

Difficile de parler de ce roman sans raconter toute l’histoire!
En tout cas, on ne s’ennuie pas trois minutes et la prose de Joyce Maynard nous fait visiter cette Amérique rurale. Elle aborde des thèmes comme la spéculation immobilière qui n’aura de cesse de harceler les fermiers, de vouloir leur faire vendre leurs terres pour y construire des lotissements ; l’endettement de ceux-ci suite à des années de sécheresse : le père de Ruth a longtemps été fier de pouvoir faire tourner sa ferme sans emprunter un seul dollar aux banques, mais hélas !, son idéal sera mis à mal…
Et puis, être homosexuelle et femme est vraiment quelque chose de tabou, en particulier dans le monde du travail, même s’il est universitaire : Clarice en fera la difficile expérience.

Le mariage hétérosexuel (ça va sans dire dans cette Amérique puritaine !) et les enfants sont le modèle de la famille et la famille prime avant tout dans cette Amérique-là. Même Ruth finira par s’y plier, mais pour combler l’exaltation artistique qui l’a quittée.

Enfin, on en apprend un rayon sur la culture de la fraise, en particulier la naissance d’une nouvelle variété, plus savoureuse et plus résistante ! Tout cela est lié à à l’intrigue, à la famille qui en renaîtra, sous une forme différente, contre vent et ouragan. Sacrée mise en miroir !

Les deux héroïnes sont attachantes, l’histoire ne vous fait difficilement lâcher le roman avant de l’avoir terminé. J’ai vraiment aimé cette saga familiale américaine et j’apprécie vraiment la prose de Joyce Maynard, découverte avec L’homme de la Montagne (merci Festival America !). J’ai adoré l’ambiance rurale de ce bouquin. Le genre de livre qui vous donne envie d’aller cultiver du maïs et des fraises dans le New Hampshire, ça c’est clair !
Le seul reproche que je peux faire qu’on devine peu ou prou l’intrigue bien avant la fin parce qu’il y a trop d’indices pour que l’on n’y pense pas ! Mais en même temps, ce n’est pas tout à fait ce à quoi on s’attend….

newhampshiremap

A cause, ou plutôt grâce à ce roman, je vais poursuivre sur ma lancée de découverte de la littérature américaine des grands espaces.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature américaine, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les filles de l’ouragan

  1. LadyDoubleH dit :

    L’Homme de la Montagne et celui-ci sont dans ma PAL : il faut que le les lise !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s