Le bonheur de A à Z

lebonheurdeaaz

Traduit par Marie Hermet

Candice Phee vit à Albright, petite ville près de Brisbane en Australie. Elle a douze ans et n’a pas d’amis dans sa classe ni en dehors. Les autres élèves la surnomme « gogolita ». Pourtant Candice n’est pas du genre à se plaindre et se trouve très bien toute seule. Elle n’aime pas beaucoup parler. Elle préfère écrire des mots sur un bout de papier quand elle estime que c’est trop compliqué pour elle de s’exprimer oralement.  Un jour, un nouvel élève arrive dans la classe. Son nom : Douglas Benson. Celui qui brisera la routine de sa vie et la sortira de son isolement. C’est aussi le moment que choisit Miss Bamford, la prof de français, pour donner un devoir à la maison : « écrire un paragraphe de [sa] vie pour chaque lettre de l’alphabet. Vingt-six paragraphes au total, commençant chacun par une lettre de A à Z ». Son devoir, le lecteur l’a entre les mains. Et quel devoir !

Parce que Candice est tout sauf bête. Elle a même une intelligence qui semble largement supérieure à la moyenne. Elle est juste différente et a conscience de sa différence. Elle scrute le monde qui l’entoure avec précision mais avec une perspective particulière qui n’appartient qu’à elle. Son oncle, elle ne l’appelle pas « tonton » mais systématiquement « Riche Oncle Brian » alias « ROB ». Douglas est « Douglas Benson d’une Autre Dimension ». Parce que Douglas est persuadé de venir d’un autre monde, un monde alternatif d’une autre dimension. Ses vrais parents seraient ailleurs. Ici, ce ne sont que des fac-similés de parents qu’il a à la maison…
Candice est d’une franchise à toute épreuve. Douglas Benson d’une Autre Dimension va pouvoir s’en rendre compte dès les premiers mots échangés :
 » – Tu peux garder un secret ? a chuchoté Douglas Benson.
– Non, j’ai dit en chuchotant moi aussi.
– Oh.
J’ai repris mon travail. Un minute plus tard, nouvelles tapes sur le bras.
– Même pas un peu ?
– Non.
– Oh.
Il y a eu un troisième essai.
– Tu veux que je te dise mon secret quand même?
– Non.
– Oh. »
Douglas Benson d’une Autre Dimension la trouve bizarre et pour lui ça tombe bien parce que lui aussi se considère comme bizarre. « On pourrait être amis. Des amis bizarres. » Et les voilà les meilleurs amis du monde de cette histoire bourrée d’humour.

On découvre peu à peu que la famille de Candice s’est fracassée en plein vol suite à un drame dont ses parents ne parviennent pas à se remettre. On découvre que c’est aussi ce drame qui a fait de Candice ce qu’elle est actuellement. On découvre une famille où il y a de la jalousie et des rancoeurs. Une famille où le bonheur semble avoir fui pour toujours.
Douglas Benson s’est aussi fracassé la tête et depuis il n’est plus le même. Candice adore d’ailleurs son crâne pleine de bosses, qu’elle décrit très souvent.
Mais plutôt que de continuer à vivre une vie fracassée, pleine de douleur et de chagrin, la gamine se donnera comme mission de ramener le bonheur autour d’elle : « Je veux partir à la poursuite du bonheur, je veux l’attraper, le retenir par le col de sa chemise et le tirer de force jusque chez moi. »

Sa vision optimiste du monde et son inconscience du danger parfois, vont l’aider et nous faire vivre des aventures pour le moins cocasses.

Deux adolescents étranges mais les plus attachants du monde ! Un livre qui vous fracassera fera mourir (de rire). C’est vraiment ce qui a failli m’arriver ! Le chapitre le plus dangereux pour moi a été celui intitulé « K comme Kacha ». Méfiez-vous de Candice quand elle décide de ressouder sa famille en faisant du jambalaya (d’après une recette que lui a imprimé Douglas) :  les émissions de télé-réalité culinaire en perdraient leur audience ! C’est assez économique comme plat, version Candice : « Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais il restait plus de choses dans leur assiette à la fin du repas qu’au début. »
Mais de toute façon, ça la change des hamburgers où « on vous promet la lune (dans ce cas un hamburger ultrasexy) et on vous donner une crotte ».
Ce n’est pas Ersatz-Poisson (son poisson rouge) en pleine crise mystique qui dira le contraire…

Une écriture qui fait mouche dans une ambiance loufoque. Ce roman est un concentré de bonne humeur. Barry Jonsberg se garde bien de nommer ce qu’a Candice et même Douglas et d’appeler ça une maladie. Au lecteur de se faire son idée.

En tout cas, le roman Young Adult le plus drôle que j’aie lu cette année ! J’en redemande…
Ce livre a d’ailleurs été récompensé en Australie pour divers prix littéraires. Pour en savoir plus, c’est Ici.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s