On the Brinks

51c8a6J11JL

Extrait de la 4e de couverture : « De fait, le spectaculaire récit autobiographique de Sam Millar a tout d’un thriller. A ceci près que si on lisait pareilles choses dans un roman, on les trouverait bien peu crédibles. »

Je vous ai présenté Sam Millar il y a peu en vous disant que je venais de lire son autobiographie qui m’avait bouleversée. C’est peu dire tellement ce livre reste imprimé dans votre mémoire même plusieurs semaines après l’avoir refermé.

Sam est un ex-membre de l’IRA d’Irlande du Nord. Il a grandi à Belfast, dans Lancaster Street. Catholique, il n’est pas moins un mélange explosif, comme il le dit lui-même, avec tout l’humour qui le caractérise, puisque l’un de des grand-pères était tout bonnement protestant, Orangeman, de surcroît, jusqu’à… ce qu’il rencontre sa grand-mère ! Comme quoi, les histoires d’amour dépassent parfois les préjugés !

Sam commence à travailler dans un dépot de bois, où sont employés une douzaine de catholiques sur une centaine d’hommes… C’est tellement difficile, qu’il décide finalement d’aller à un jet de pierre de là, dans un… abattoir ! Autant dire que déjà le décor belfastien est bel et bien planté pour vous mettre dans l’ambiance. Mais ce sont les événements de Derry et le trop tristement célèbre Bloody Sunday qui seront le facteur déclencheur de l’engagement de Sam Millar dans les rangs de l’IRA.

De là, il atterrit rapidement à Long Kesh, la sinistre prison de Belfast.
Et là, autant vous avertir tout de suite : j’imagine que la plupart d’entre vous ont vu In the Name of the Father, Hunger, Bloody Sunday etc. On a tous en mémoire les atrocités commises par Margaret Thatcher. On connnaît tous la fin funeste du jeune député Bobby Sands. Mais lire ce qui se passait à l’intérieur de la prison de Long Kesh, en particulier le sort réservé aux Blanket Men, dont faisait partie Bobby Sands et Sam Millar, est, je crois, encore un degré plus fort dans l’émotion. Les Blanket Men ont été torturés, avec une perversité dont on n’a pas idée. Comment a-t-on pu laisser faire ça ? C’est la question lancinante qui me revenait sans cesse à l’esprit pendant la lecture. Même si on « savait » avant, en lisant ces mots, on se rend compte que c’est encore pire que ce qu’on imaginait. Un cauchemar est à côté un rêve agréable !

Sam a été torturé pendant sept ans. A titre de témoignage d’un rescapé, ce livre est précieux et bouleversant. Cela va sans dire que mon estomac s’est noué plus d’une fois et que les larmes montent facilement aux yeux. Mais Sam pourtant, ne fait pas dans le pathos. Il a même, avec le recul, le sens de l’humour. Ainsi, constate-t-il : « Si nous avions Hulk, on écraserait les Beefs en une semaine. »  Les matons de la prison ont tous un surnom. Il y a, par exemple, la Verrue Humaine. Mais aussi le Fourgon Enchanté… (pour tenter de s’évader).

La colère, bien compréhensible, n’est pas absente du récit, envers les Beefs, envers Thatcher qui a laissé crever Bobby, mais aussi envers l’Eglise catholique irlandaise : « L’Eglise catholique, par le biais de ses prêtres les plus serviles, nous informa que « personne ne votera pour Bobby Sands ». C’était tout à fait réconfortant de savoir que le gouvernement britannique et l’Eglise catholique chiaient dans les mêmes pantalons. »

Sam résume très bien ce que l’on ressent, nous, lecteur, à son égard et à l’égard de ses camarades de galère : « Dans un profond silence, les souvenirs de toutes ces années me sont revenues où, battu et nu, j’attendais d’être conduit aux Blocs pour commencer mon parcours cauchemardesque. Tant de souffrances, tant de morts et de tortures. Comment avons-nous pu – nous les Blanket Men – survivre à tout ça ? ». C’est ce qu’il se demande lui-même et ce qu’on nous nous demandons en lisant ses lignes.

Sam finira par sortir de prison par la porte, après une tentative d’évasion. Le livre bascule alors dans une autre partie de sa vie, de l’autre côté de l’Atlantique, à New York. J’ai été un peu moins captivée par le récit mais sa vie là-bas a aussi été hors du commun. Je me suis juste demandé ce qui lui était passé par la tête (on a la réponse dans le livre) 1) d’aller braquer une banque ; 2) avec un pistolet en plastique. Le Sam de cette partie du livre m’a fait penser à un personnage de comics (et à New York, Sam avait ouvert une librairie dédiée entièrement aux comics « collector ») ! En plus, il réussit là le 5e plus gros casse perpétré aux USA, le tout sans une goutte de sang versé. Une histoire dingue qu’il paiera chèrement par de la prison, avant d’etre gracié par Bill Clinton. Il est aujourd’hui interdit de séjour sur le sol américain.
Comme dit Sam dans son livre, « Un fer à cheval dans le cul ? Non, toute une écurie ! »

Je classe ce livre parmi mes coup de coeur 2014. Bouleversant, poignant, avec toujours le sens de l’humour (noir) ! Une lecture qui ne s’oublie pas.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature nord-irlandaise, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s