L’âme noire

41CUbzSXifL

A travers les mots de Tim Robinson

4e de couverture : « La mer rugit lugubrement autour des rivages d’Inverara, petite île située sur les côtes d’Irlande. Un étranger, blessé dans son corps et son esprit par l’explosion d’un obus, vient loger chez un couple dont les années de mariage ont été dépourvues de joie. L’arrivée de l’étranger va déchaîner leur passion. Car à mesure que le printemps adoucit la beauté sauvage de l’île, l’homme prend conscience de la beauté de la brune Mary – frémissante de vie à l’approche de l’été. Jamais elle n’a aimé un homme avant lui et l’éveil de la sexualité de cette femme le grise. »

J’ai découvert l’écriture de Liam O’Flaherty bien avant le blog, avec Insurrection. En lisant cette quatrième de couverture, je savais d’avance qu’elle était à côté de la plaque : bien surpris celles et ceux qui voudront lire un roman de type Harlequin et autre romance chaude ! Liam O’Flaherty n’écrit pas des histoires légères et encore moins grivoises….  Ici à peine 260 pages dans ce format poche et pourtant, c’est ce qu’on appelle un roman consistant, que l’on met un temps à digérer.

Certes il s’agit d’une histoire d’amour, mais avant tout d’un roman âpre, à l’image de la rudesse de la vie sur cette île d’Inverara, rythmée par les saisons. L’histoire commence en hiver et se termine en automne. La Petite Mary est l’épouse de John le Rouge. On l’appelle ainsi non parce qu’elle est petite mais au contraire parce qu’elle est de grande taille. Elle détonne dans le paysage tant par son physique que par son origine sociale. Tous les habitants d’Inverara sont des paysans. La Petite Mary est la fille naturelle d’un grand propriétaire terrien. Un soir de beuverie John le Rouge s’est laissé persuader de l’épouser (mais on ne sait pas pourquoi) : il le regrettera pour la vie, maudissant pour toujours ses lèvres qui ont dit « oui ». Le mariage ne sera jamais consommé.
Un bref aperçu du romantisme de la Petite Mary :

« Tous les invités étaient partis en chantant, fortement éméchés, et il avait essayé d’étreindre Mary, mais elle lui avait asséné en plein front un coup qui l’avait envoyé trébucher contre le mur de la cuisine. » (ambiance !…)

Les deux personnages se détestent cordialement. John le Rouge est aussi laid que la Petite Mary est belle. On se moque du premier, soupçonné d’être impuissant (puisqu’ils n’ont pas d’enfants). On se méfie de la seconde à cause de sa beauté et du sang qui coule dans ses veines.
Tous les personnages de l’île n’attirent aucune empathie. Même pas cet étranger qui va venir perturber malgré lui la vie en huis clos des îliens, dont l’activité favorite est de s’envoyer des verres de cognac (*) dans les shebeens. Fergus O’Connor a été envoyé à Inverara sur les conseils de son médecin, pour soigner son âme traumatisée par la guerre : « Partez donc dans l’Ouest pêcher le poisson. Cela vous fera plus de bien que de classer des bouquins. » Il ne sera désigné que très peu de fois par son nom de famille, son prénom n’apparaît qu’une seule fois car il est et restera l’Etranger.

L’Etranger est avant tout The Black Soul . Limite schizophrène. Pourtant la Petite Mary va tout de suite être attirée par ce type qui ne lui accorde aucune attention, ou bien est très désagréable avec elle. Donc, elle emploie les grands moyens : la sorcellerie, sauce irlandaise (évidemment!) :

« (…) elle referma la porte et s’approcha sur la pointe des pieds du lit de l’Etranger, regardant autour d’elle comme si elle allait commettre quelque honteux forfait. Elle tira un charme de son corsage. Sa mère le lui avait donné le jour de son mariage. Il était dans sa famille maternelle depuis d’innombrables générations (….). Elle plaça le charme sur le lit. Elle remplit d’eau une tasse qu’elle posa sur une chaise à côté du lit. Puis elle pressa le charme contre son coeur avant de le baiser. C’était une pierre plate et jaunâtre, couverte d’inscriptions que l’on disait gravées en Ogham Craombh, l’antique écriture des druides. Sa mère lui avait dit qu’à l’origine le charme avait été donné à une princesse Firbolg par un guerrier Tuatha de Danaan, en échange de son amour, et qu’il avait le pouvoir de sauver de la mort ou des desseins du diable l’amant de celle qui le possédait. (…).
Par trois fois elle trempa la pierre dans l’eau et par trois fois elle la pressa contre les lèvres de l’Etranger en adressant une prière à Crom. Et bizarrement, après la troisième application, il remua, puis il se tourna sur le côté et ouvrit les yeux. »

Soupir d’aise de la lectrice ferrue de mythologie irlandaise devant ce charmant passage !!  Le seul passage charmant (dans tous les sens du terme) du roman car ensuite ça vire au tragique mais je ne vous dévoilerai pas la fin de l’histoire, même si je peux dire qu’on passe du noir à une teinte de gris ambiguë…. La fin  a tout d’un thriller, contrairement au reste.

Il est difficile de parler de ce roman car en fin de compte il ne s’y passe pas tant de choses que ça. Mais paradoxalement il est dense. A l’instar des personnages, la nature et en particulier l’océan sont des créatures à part entière qui habitent la plume de Liam O’Flaherty. Parce que, comme il le dit, Inverara est « fille de l’Océan »« Inverara reposait dans le sein de l’Océan, telle une jouvencelle endormie dans les bras de son amant. »

« En haut des falaises, face à  la mer, là où l’air salé avait le parfum d’un élixir du pays des fées, poussaient d’autres plantes dont personne ne connaissait les noms. C’étaient des petites fleurs tendres ; elles naissaient en l’espace d’une nuit pour mourir à la fin du jour. Elles étaient aussi délicates au toucher qu’une aile de papillon, aussi bariolées qu’un oeuf de macareux. »

L’écriture d’O’Flaherty est riche, ciselée, poétique, ensorcelante, tourmentée et noire. Mais au détour d’une phrase, un peu d’humour (« Sur mon âme, vous êtes aussi peu sociable d’un Anglais. »). A l’image de la complexité de son auteur. On prend un vrai plaisir à lire ce roman écrit en 1924.
J’ai trouvé d’occasion un recueil de nouvelles (Les Amants/The Pedlar’s Revenge) et le plus célèbre The Assassin. Donc je n’ai pas fini de vous parler de l’Homme d’Aran, qui inspira John Ford pour l’adaptation cinématographique du Mouchard.

220px-Liam_O'Flaherty

Pour en savoir plus sur Liam O’Flaherty, c’est ICI

Pour en savoir plus sur l’histoire irlandaise du cognac, c’est ICI

Enfin, je vous invite à chercher Inverara sur une carte….

080

A la mémoire de Liam O’Flaherty, à Inishmore (îles d’Aran) Photo prise par moi-même (tous droits réservés)

 

 

 

 

 

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature irlandaise, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s