James Joyce – L’homme de Dublin

51h1ZAvvTxL

Il y a quelques temps, j’ai découvert cette BD consacrée à Joyce sur un blog, une BD dont on n’a pourtant pas beaucoup entendu parler.
Je redoutais un peu la mise en BD d’un écrivain : j’ai lu, il y a longtemps un BD consacrée à l’oeuvre de Proust, (je ne sais plus quel tome d’A la recherche du temps perdu) et c’était tout juste une cata ! S’agissant d’une biographie mise en image, je me disais que ça pouvait être aussi un tantinet casse-gueule aussi ! Eh bien, c’était une erreur car cette BD de plus de 200 pages est un vrai régal !!

Elle est très bien documentée sur la vie du fameux écrivain irlandais, qui en fait, s’il a écrit Dubliners, n’a quasiment pas vécu en Irlande de sa vie. Très jeune, il s’est exilé avec Nora (sa compagne) hors de l’Irlande pour voir du pays. Il a trainé surtout en Italie et en France, mais aussi en Suisse, où il est décédé). Je ne vais rien vous apprendre en vous disant que c’était un sacré bonhomme ! Imbu de lui-même, alcoolique, courant la gueuse, mais malgré tout un homme attachant et drôle à sa façon, un esprit torturé, désespéré de ne pas être reconnu (pétard, il en a vraiment bavé pour se faire publier !), un esprit préoccupé aussi par l’état de sa fille….

J’ai un vrai coup de coeur pour cette BD qui parvient à restituer un Joyce complexe, à la fois agaçant et attachant. On rit beaucoup, parfois jaune, parfois aux éclats. On s’émeut aussi. La fin, à ce propos, est particulièrement réussie.

Quelques images – de très mauvaise qualité parce que j’ai juste un souci d’appareil photo en ce moment…

1511780_10152095759164350_876261484_n

1601046_10152095759714350_2046441408_n

1532114_10152095759509350_393372502_n

1509131_10152110537804350_932729614_n

1012231_10152110537034350_1917436879_n

1535709_10152110536379350_214492802_n

1511191_10152110535604350_93923831_n

1511110_10152110535459350_825099567_n

1005928_10152110535299350_840501709_n

29582_10152095758464350_670501426_n

Les vignettes à la fois simples et détaillées, agréables à lire. J’ai aimé la manière dont sont dessinées les jambes de Joyce se promenant (oui, détail un peu incongru, mais ça rend bien le promeneur qu’il était). Et l’image de Joyce après sa mort, c’est carrément une extra-bonne idée !

Bref, un coup de chapeau à Alfonso Zapico. Le livre se termine par une postface : le texte écrit par Valery Larbaud pour une conférence consacrée à Joyce en 1922, qui restitue le contexte littéraire de l’époque.

Avec ce livre, on apprend beaucoup en se divertissant. Je le classe parmi mes coups de coeur

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans BD, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s