En cas de forte chaleur

41OQ-qr4hjL

4e de couverture : « Comme chaque matin depuis trente ans, Robert Riordan part acheter son journal. Mais en ce jour caniculaire de juillet 1976, Robert part et ne revient pas.
Dans leur maison londonienne, Gretta, sa femme, s’interroge : quelle mouche a bien pu le piquer ? Doit-elle prévenir les enfants ?
A peine réunis, ces derniers tentent de prendre la situation en main : les placards sont retournés, les tiroirs vidés, chaque pièce fouillée en quête d’indices.
Mais, alors que les mystères autour de leur père s’épaissit, les vieilles rancoeurs ressurgissent. L’aîné en a assez : pourquoi est-ce toujours à lui de prendre en charge sa famille ? Quant aux soeurs, jadis si proches, quel événement a brisé leur lien, si terrible que la cadette a décidé de mettre un océan entre elles ? Et Gretta, a-t-elle vraiment tou dit ? »

A priori, les histoires de famille en littérature, ce n’est pas trop mon truc. Mais quand c’est Maggie O’Farrell qui les écrits, je fais une exception.

A l’instar de la canicule de 1976, ça chauffe sec dans la famille Riordan depuis que le père a disparu. Règlements de compte et compagnie entre Francis Michael, Monica et Aoife, entre eux, envers leur mère, envers Claire l’Anglaise épousée par Francis Michael, envers Gretta, la mère de la tribu. Bref…
Maggie O’Farrell peint chacun des personnages avec finesse, tendresse, mais aussi férocité pour certains d’entre eux.
Pendant cette lecture, j’ai eu peu de sympathie pour Claire, Anglaise qui reproche tant à son mari (l’avoir empêché de passer sa licence). Mais si on plaint Michael Francis, on s’aperçoit aussi qu’il est un zeste agaçant par son manque de courage à fermer le clapet de sa femme une bonne fois pour toutes.
C’est sans doute Aoife le personnage le plus attachant de la famille : illettrée, cherchant à cacher aux yeux du monde cet handicap majeur, ce n’en est pas moins une jeune femme libre, têtue, et anti-conformiste – autant que son prénom purement irlandais dans un monde américano-anglais !
Quant à Gretta, bien sous tout rapport à première vue, bien pensante etc., elle cache un lourd secret dont la révélation va renverser la donne ! Quelque chose qu’elle a reproché à Monica elle-meme, son aînée à la famille recomposée (en miettes)…

Mais ce qui tient en haleine, c’est le personnage de Robert, le père qui a pris la fuite. C’est ce qui nous fait ne pas lâcher le roman avant la fin et nous embarquer en Irlande, dans le Connemara, avec toute la famille pour connaître le fin mot de l’histoire. Sur la fameuse plage de corail qui se trouve là-bas, les aigreurs s’apaisent, les vérités se font. Quitte à rencontrer une sorte de cousin du monstre du Loch Ness : « Aoife et la créature se dévisagent. On dirait une loutre, mais en plus gros, ou un phoque, mais avec des poils plus longs. Puis l’animal lève une patte griffue qu’il se passe une fois, deux fois du museau jusqu’au crâne. » Aoife « tente de chasser de ses pensées les histoires que racontait sa mère sur des esprits, des ondines, des marins conduits à la mort par des apparitions lors des nuits semblables à celle-ci. »

Cependant, Maggie O’Farrell ne jette pas la pierre à Gretta, du moins pas tout à fait. Elle explique la difficulté d’être Irlandais en Angleterre à l’époque où elle a émigré là-bas, s’imaginant que ses enfants ne pourraient pas comprendre,obsédée par cela : « Ses enfants s’imaginaient qu’ils avaient souffert parce qu’on les injuriaient à l’école, qu’on racontait toujours les mêmes blagues sur les Irlandais, que certains gosses du voisinage avaient interdiction de jouer avec de sales catholiques. Mais ils n’avaient aucune idée de ce que ça représentait d’être irlandais en Angleterre à l’époque, à quel point ils étaient détestés, raillés et méprisés (…). On vous crachait à la figure dans le bus en entendant votre accent, on refusait de vous servir dans les cafés, on vous chassait si vous essayiez de vous reposer sur un banc dans un parc ou bien on écrivait : « Les Irlandais ne sont pas acceptés » dans les vitrines des magasins. »

Je conclus en disant que j’ai bien aimé mais que la seule chose que je reproche, c’est peut-être la fin un peu trop lisse à mon goût et donne presque une impression de fin bâclée. On se laisse néanmoins emporter par cette lecture où les secrets de famille remontent à la surface au fur et à mesure.

Publicités

A propos Maeve

Blogueuse littéraire depuis 2009, lectrice compulsive depuis l'âge de 6 ans ^_^ .
Cet article, publié dans Littérature nord-irlandaise, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s